Le360 Actualités Maroc

ع
Mouline Saïd

Saïd Mouline, directeur général de l'AMEE

© Copyright : DR

Efficacité énergétique: la TGR et le ministère de la Culture, de la jeunesse et des sports s'y attellent, avec l'AMEE

Par Ayoub Khattabi le 28/10/2020 à 11h50 (mise à jour le 28/10/2020 à 11h58)

Les trois conventions de partenariat signées avec l'Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique ont pour but d'initier un accompagnement technique pour l’intégration de mesures énergétiquement efficaces, la réalisation d'économies d’énergie de bâtiments et la promotion d'une mobilité durable.

aA

Les signataires de ces trois conventions se sont donc lancés, dans une optique de partenariat, dans une réelle politique d’efficacité énergétique, aussi bien technologique que dans l'adoption de nouveaux comportements, plus responsables.

 

Et pour la mise en œuvre de l’exemplarité de l’Etat, deux conventions de partenariat ont été signées par Othman El Ferdaous, ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports et Saïd Mouline, directeur général de l’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique (AMEE). L’une concerne le département de la Jeunesse et des Sports, l’autre est destinée au département de la Culture. Une convention a également été signée par Noureddine Bensouda, Trésorier général du Royaume et Saïd Mouline.

 

«Lesdites conventions sont axées essentiellement sur des actions permettant l’assistance aux partenaires dans la réalisation des diagnostics énergétiques des bâtiments mais également de la flotte des véhicules», souligne l’AMEE dans un communiqué.

 

Une assistance technique à la mise en œuvre des recommandations de ces diagnostics sera réalisée par la suite. 

 

A travers ces partenariats, l’AMEE doit également assurer des sessions de formations et de sensibilisation des cadres concernés dans le domaine de l’efficacité énergétique, particulièrement dans les secteurs du bâtiment durable et de l’éco-conduite.

Vidéo. Casablanca: quand l’AMEE sensibilise des industriels à l'efficacité énergétique

 

«L’Etat doit montrer l’exemple et mettre en œuvre dans ses propres bâtiments et services les mesures de l’efficacité énergétique», indique l'AMEE dans son communiqué.

 

«L’opérationnalisation de l’efficacité énergétique est aujourd’hui un outil privilégié de bonne gouvernance. Il est incontournable pour la réduction de la facture énergétique mais aussi des émissions de gaz à effet de serre. Ce genre d’initiative a pour finalité d’assoir les fondements et les conditions favorables pour assurer la transition vers une économie verte et inclusive», a souligné, à cet égard, Saïd Mouline, directeur général de l’AMEE, qui précise que «cette convention matérialise l’engagement de l’AMEE pour le déploiement de solutions d’efficacité énergétique dans les établissements publics, en accord avec les priorités nationales qui visent à faire de l’exemplarité de l’État un levier pour la mise en œuvre de la stratégie énergétique du Royaume».

 

Rappelons que les priorités du plan de l’exemplarité de l'Etat à l’horizon 2021 portent, entre autres, sur l'encouragement et l'utilisation des énergies renouvelables et des technologies de la gestion rationnelle ou de l’efficacité énergétique, et ce, à travers la réduction de la consommation d'énergie au kilowattheures de moins de 10% en 2020, et 20% de réduction en 2021.

 

Ce plan propose également d'augmenter de 30% la part des voitures écologiques (hybrides ou électriques) du parc de l’Etat, tout en réduisant la consommation de carburant d'environ 10% en 2020, et de moins de 15% en 2021.