Encore une augmentation de capital pour sauver 2M | www.le360.ma

ع
2M
© Copyright : DR

Encore une augmentation de capital pour sauver 2M

Par Younès Tantaoui le 07/02/2017 à 12h59 (mise à jour le 07/02/2017 à 13h32)

Les actionnaires de Soread 2M, dont l’Etat à hauteur de 76%, vont de nouveaux injecter du cash dans le capital de la société, pour absorber les pertes accumulées durant les quatre derniers exercices.

aA

Soread 2M devrait bientôt connaître une nouvelle augmentation de capital, destinée à éponger les pertes subies par la société durant les quatre dernières années.

 

C’est ce que vient d’apprendre le360 de sources bien informées. Cette opération, qui devrait porter sur une injection de plus de 200 millions de dirhams, devrait nécessiter la mobilisation de l’ensemble des actionnaires de la société dont l’Etat détient 76% du capital, en vue d’assurer normalement son activité.

 

Déficitaire depuis plusieurs années, Soread 2M est aujourd’hui dans une situation où les capitaux propres sont devenus inférieurs au quart du capital social. Du coup, selon la réglementation en vigueur (Soread 2M étant soumise aux règles des sociétés anonymes), soit  les actionnaires injectent du cash dans le capital, soit la dissolution de l’entreprise doit être prononcée.

 

Cette dernière option étant exclue d’avance en raison du statut et du rôle particuliers de la société Soread 2M, il sera procédé à une opération accordéon (réduction puis augmentation de capital) afin de lui assurer la continuité d’activité.

 

Parallèlement, Soread 2M devrait négocier, dans le cadre du prochain contrat-programme avec l’Etat en cours d’élaboration, une hausse de la subvention perçue sur le budget général et qui s’élève actuellement à quelque 45 millions de dirhams.

 

Rappelons que les actionnaires de Soread 2M avaient déjà dû opérer une augmentation de capital du même genre en 2013, qui lui a permis de souffler pendant les quatre derniers exercices. Reste maintenant à savoir jusqu’à quand la deuxième chaîne devra être maintenue sous perfusion et, surtout, jusqu’à quand l’Etat supportera les lourds déficits qu’elle accumule année après année.