Le360 Actualités Maroc

ع
énergies renouvelables
© Copyright : DR

Energies renouvelables: délestage dans l’objectif 2020!

Par Khalil Ibrahimi le 01/02/2021 à 15h32 (mise à jour le 01/02/2021 à 15h34)

Alors que la Stratégie énergétique nationale visait un objectif de 42% de la part des énergies renouvelables dans la production électrique du Royaume à horizon 2020, le compteur affiche actuellement 36,8%. Un retard qui avait poussé le Souverain à taper du poing sur la table.

aA

La puissance installée électrique du Maroc serait de 10.557 MW à fin 2020, avec une part des énergies renouvelables (EnR) d’environ 36,8%, a indiqué le directeur général de l’Office nationale de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), Abderrahim El Hafidi, qui présentait récemment le bilan des principales réalisations de l’Office au titre de la période 2019-2020. Ce dernier s’exprimait à l'occasion de la tenue du conseil d’administration de l’Office, présidé par le chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani.

 

Force est de constater que l’objectif de porter la part des énergies renouvelables (solaire, éolien et hydraulique) à 42% de la puissance installée à l’horizon 2020, comme prévu par la Stratégie énergétique nationale, lancée en 2009, n’a pas été atteint.

 

Le Maroc devra donc mettre les bouchées doubles pour rattraper ce retard et être au rendez-vous de l’ambitieux objectif fixé pour 2030, consistant à porter la part des énergies renouvelables à 52% de la puissance installée du Royaume. Un niveau qui devrait permettre de réduire la consommation d’énergie du Maroc de 20% d’ici 2030.

 

2021 Green Future Index: le Maroc se classe premier dans la région MENA et deuxième en Afrique

 

D’ailleurs, le 22 octobre dernier, au cours d’une réunion de travail dédiée à la stratégie des énergies renouvelables, le Roi Mohammed VI avait «relevé un certain nombre de retards pris dans l’exécution de ce vaste projet».

 

Le Souverain avait à cette occasion «attiré l’attention sur la nécessité de faire aboutir ce chantier stratégique dans les délais impartis et suivant les meilleures conditions, en agissant avec toute la rigueur requise».

 

«Le Maroc a réalisé un grand pas dans le domaine des énergies renouvelables, grâce aux précieuses orientations royales. Mais, depuis quelque temps, les projets d'accompagnement n'ont pas suivi au même rythme élevé. Il faut garder le niveau», a commenté pour Le360, Saïd Mouline, directeur de l'Agence marocaine pour l'efficacité énergétique (AMEE).