Exclusif. Salaires, formation..., voici les détails de l’accord de paix sociale entre la RAM et ses pilotes | www.le360.ma

ع
Royal Air Maroc
© Copyright : DR

Exclusif. Salaires, formation..., voici les détails de l’accord de paix sociale entre la RAM et ses pilotes

Par Wadie El Mouden le 16/08/2018 à 16h01 (mise à jour le 17/08/2018 à 11h59)

On en sait un peu plus sur la réunion marathon, mardi 14 août, couronnée par la signature de l’accord de paix sociale entre la direction de la RAM et le bureau de l’AMPL. Le montant de l'augmentation est très en deçà des niveaux longtemps réclamés par les pilotes. Les détails.

aA

Jusqu’au lundi 13 août, rien ne laissait présager un rapprochement de points de vue entre la direction de la RAM et le bureau de l’Association marocaine des pilotes de ligne (AMPL). Chacun campait sur sa position. Le dialogue était rompu depuis l’expiration de l’ultimatum fixé par la RAM, soit mardi 31 juillet vers 18h00.

 

L’AMPL laissait entendre que les négociations ont buté sur les modalités d’application de la revalorisation salariale. La situation a ainsi atteint un point de non retour. Entre-temps, les perturbations s'enchaînent dans plusieurs aéroports desservis par le transporteur public. Le nombre des annulations a franchi la barre des 200 vols. Les pilotes ont choisi d’enclencher leur mouvement en pleine période de vacances estivales, ce qui a porté un coup dur à la compagnie, non seulement d’un point de vue «pertes financière», mais surtout en termes d’image auprès des usagers, et pas seulement. Car la RAM, plus qu’une entreprise publique à vocation commerciale, est perçue comme un porte-drapeau, un vecteur incontournable de rayonnement du pays à l’international, notamment en Afrique. Il n’est pas question de compromettre l’avenir de la compagnie pour une simple histoire de revalorisation salariale.

 

Salaires: combien perçoivent les pilotes de la RAM? 

 

La situation de blocage ne devrait pas perdurer, surtout que la surenchère des pilotes commence à inquiéter l’opinion publique et, avec elle, les hautes sphères de l’Etat. Selon nos informations, le gouvernement, par la voie du ministère du Tourisme et même celui de l'Intérieur, aurait fait part de son mécontentement au président de l’AMPL, Amine Mkinsi. Le ministre du Tourisme et du transport aérien, Mohamed Sajid, malgré les funérailles de son frère cadet (El Mostafa Sajid, ancien président de l’Amith et du Conseil de surveillance de la Banque Populaire est décédé le 9 août), s’est fortement mobilisé pour inciter les pilotes et la direction de la RAM à renouer le dialogue le plus rapidement possible pour trouver une issue à la crise. Celle-ci était d'ailleurs ouverte à des scénarii catastrophiques avec l’Aïd Al Adha qui approche à grands pas, une période caractérisée par une grande affluence des MRE et qui coïncide cette année avec le retour massif des vacanciers en séjour au Maroc. 

 

Officiel. Fin de la crise entre la RAM et ses pilotes


C’est cet esprit d’urgence qui a précipité la réunion marathon, tenue mardi 14 août au siège de la RAM à Casablanca. Dès l’entame de ce dernier round des négociations, les protagonistes étaient conscients de la nécessité d’aboutir à un accord à l’issue de leur rencontre. Ce jour-là, les pourparlers ont eu lieu en présence de deux facilitateurs, tous deux venant du ministère du Tourisme et du transport aérien: le nouveau secrétaire général du ministère, Mohamed Msellek, ainsi que le directeur de l’aviation civile, Zakaria Belghazi.

 

Une première dans les annales du dialogue social entre la RAM et ses pilotes. Ces deux invités spéciaux, nous confie un témoin présent lors de cette réunion, ont longuement insisté sur le rôle stratégique de la compagnie dans le développement du tourisme national, outre son positionnement d’accompagnateur de la politique africaine du Maroc. Trois directeurs centraux de la RAM (le PDG était en mission dans la région du Nord) et quatre membres du bureau de l’AMPL étaient également présents autour de la table des négociations.

Crise RAM-AMPL: Sajid et Addou convoqués au Parlement 


Au bout de plus de 12 heures de discussions, les deux parties ont scellé un protocole d’accord dont voici les principales dispositions:


- La réouverture de l’école de formation est suspendue jusqu’à la signature du contrat programme avec l’Etat.

 

- Pour combler le sous-effectif, la RAM sera autorisée à recruter en CDD (contrats à durée déterminée) des pilotes étrangers.


- Le montant net de l’augmentation des salaires varie de 4.500 dirhams à 5.200 dirhams pour les commandants de bord  et de 3.000 dirhams à 3.500 dirhams pour les copilotes. Les pilotes auraient également cédé sur le critère d’ancienneté imposé par la RAM et qui a été maintenu dans le texte de l’accord.


Comme on peut le constater, ces montants retenus pour la nouvelle revalorisation salariale sont loin des niveaux réclamés par l’AMPL (15.000 jusqu’à 30.000 dirhams pour les commandants de bord et 10.000 jusqu’à 15.000 dirhams pour les copilotes).


"Les deux parties ont pris en considération la situation financière fragile de la compagnie", explique notre témoin. D’ailleurs, le préambule du contrat scellé par la RAM et l’AMPL, dont le360 détient une copie, décrit avec précision la situation actuelle de l’entreprise publique. En voici quelques extraits.

 

"Royal Air Maroc a toujours été un levier majeur de développement touristique, économique et diplomatique du Royaume. C’est l’une des rares compagnies de cette taille ayant survécu à l’ouverture du ciel et à la crise économique, et ceci grâce au développement du hub entre l’Europe et l’Afrique et à son plan de restructuration réalisé en 2011".

 

Crise avec les pilotes: le PDG de la RAM sort de son silence

«Depuis 2013, la compagnie stagne sur un plateau très peu rentable, marqué par un coefficient de remplissage inférieur à la moyenne de l’industrie, ceci à cause de la faible connectivité du réseau de par sa taille qui reste limitée».

 

"La fragilité financière de la compagnie caractérisée par sa faible trésorerie, son fort endettement, et enfin sa faible marge opérationnelle, réduit ses marges de manœuvre financières et engendre des retards sur les investissements nécessaires en termes de produit et services pour les clients».


«Les marchés traditionnels de RAM sont fragiles et menacés. Le marché Maroc-Europe est fragilisé par la fluctuation du nombre d’arrivées touristiques avec l’environnement géopolitique, et par la concurrence accrue des low-cost sur toutes les villes du Royaume. Le marché Europe-Afrique subit quant à lui les menaces de la concurrence d’autres hubs plus performants, notamment avec la saturation des infrastructures de Casablanca, et les avions de nouvelles technologies (B737MAX et A320neo) qui permettent d’accéder à l’Afrique de l’Ouest en vol direct à partir du Sud de l’Europe. En outre, il reste peu d’opportunités de repli dans ce marché, RAM desservant déjà toutes les principales destinations de la région. Enfin, le dernier moteur de relais, les lignes longs courriers, n’est pas encore viable à cause de la faible connectivité du réseau".

 

"L’analyse diagnostique de la compagnie montre qu’elle évolue sur un équilibre instable, avec une situation financière fragile et des menaces fortes et réelles sur ces principaux marchés, auxquels elle ne pourrait faire face avec la taille et la faible connectivité actuelles de son réseau. Du fait de la concurrence, RAM n’a cessé de perdre des parts de marché sur les routes qu’elle dessert, aussi le statu quo n’est pas une option. Il y a urgence à agir. L’opportunité de changer de dimension est tangible, mais la fenêtre d’opportunité est limitée et doit être saisie au plus tôt".


"Les conditions sont aujourd’hui réunies pour réussir un plan de développement. La compagnie a réussi à construire une bonne position –coût- suite au plan de restructuration, et les principaux acteurs nationaux de l’aérien partagent le constat de la nécessité de développer la compagnie nationale pour la tirer de la zone de fragilité et la propulser au rang des compagnies les plus performantes. L’alignement des parties prenantes au projet (ministère du Tourisme, ministère des Finances, actionnaires, ONDA, etc) est une opportunité unique qui doit être saisie au plus tôt pour concrétiser ce projet stratégique et vital pour la pérennité de la compagnie".


"Un autre acteur incontournable du plan de développement est le corps des pilotes de ligne de la compagnie. Il est à rappeler le rôle crucial de ce dernier, ainsi que son soutien déclaré dans la mise en œuvre du plan de restructuration en novembre 2011. L’engagement des pilotes à adhérer à ce plan et le soutenir, a permis de défendre la position de la compagnie et de solliciter le soutien de l’Etat au plus haut niveau".

 

Accord RAM-AMPL: de nouveaux rebondissements 


Il est important de rappeler, comme indiqué dans un article précédent, que le nouvel accord de paix sociale et salariale entre la RAM et les pilotes, ratifiée mardi tard dans la soirée, n’est encore pas définitif puisqu’il sera soumis à l’approbation des membres de l’AMPL, et ce dans le cadre d’une assemblée générale. Selon nos informations, certains pilotes parmi les plus influents au bureau de l’AMPL, seraient en train de mener une campagne auprès des adhérents de ladite association en les incitant à rejeter l’accord lors du vote dont la date n’a à ce jour pas été arrêtée. C’est dire que rien n’est encore vraiment acquis!