Export: les temps sont durs pour le textile et l’électronique | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Exportations
© Copyright : DR

Export: les temps sont durs pour le textile et l’électronique

Par Rachid Al Arbi le 02/01/2020 à 22h42

Kiosque360. Le chiffre d’affaires à l’export de cinq secteurs, et non des moindres, ont baissé à fin novembre. Cela contribue fortement au creusement du déficit commercial de 4,2 milliards de DH et ce malgré 2,2 milliards de DH d’économie sur la facture énergétique.

aA

Sonnette d’alarme sur 5 secteurs à l’export. Dans son édition du jour, L’Economiste rapporte le chiffre d’affaires à l’export du textile, de l’électronique, de la bonneterie, de la chaussure et du cuivre. Ainsi le textile et le cuir se sont repliés de 2,2% qui comme l’écrit le journal, «a du mal à faire progresser ses ventes à l’étranger.

 

Dans ce sillage, la bonneterie et la confection reculent respectivement de 2 et 4,2%. Les ventes de chaussures accusent une baisse avec 5,6%. Suivant la même tendance, les exportations de l’électronique ont fléchi de 2,4% alors que celle des extractions minières ont régressé de 10,4% avec une chute de 15 et 31,8% des expéditions de plomb et du cuivre. Le quotidien constate également des légères baisses des exportations de phosphates et dérivés et des produits pharmaceutiques respectivement de 0,8 et 0,7%.


Plus globalement, L’Economiste note une augmentation de 2,9% des exportations portées par la bonne tenue des chiffres d’affaires à l’export de l’agriculture et l’agroalimentaire (3,8%), l’aéronautique (7,7%) et l’automobile (5,4%). D’après l’Economiste, ce dernier représente 27,6% du total des exportations.


En face, les importations sont aussi en augmentation en dépit de la baisse de 2,2 milliards de DH de la facture énergétique. Cette hausse provient, selon le journal, de l’augmentation de 8% des achats de biens d’équipement et des demi-produits. A cela s’ajoute les importations de produits finis de consommation et ceux alimentaires également sur un trend haussier. Résultat des courses, creusement du déficit de 4,2 milliards de DH.


Côté balance des paiements, L’Economiste relève l’effondrement des IDE (-46,1%) à 17,6 milliards de DH. Idem les recettes des IDE ont chuté de 30,9%. Pour ce qui est des transferts de MRE, ils sont restés stables alors que les recettes du tourisme ont progressé de 7,5%.--