Habitat. Partage des expériences tunisiennes et marocaines de réhabilitation des tissus anciens | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Al Omrane
© Copyright : DR

Habitat. Partage des expériences tunisiennes et marocaines de réhabilitation des tissus anciens

Par Contenu de marque le 16/10/2020 à 12h25 (mise à jour le 16/10/2020 à 13h35)

L’Académie Al Omrane et le Réseau Habitat et Francophonie ont organisé le mercredi 14 octobre un atelier sur les expériences et les contributions de l’Agence de Rénovation Urbaine dans la réhabilitation des tissus urbains. Les détails.

aA

L’Agence de Rénovation Urbaine dans la réhabilitation des tissus urbains tunisienne a présenté à cette occasion le projet de développement urbain: la réhabilitation du quartier de la Hafsia; le projet «Oukalas» - Medina de Tunis ainsi que le projet de la Petite Sicile- La Goulette, sous les plans technique, juridique et financier.

 

En ouverture de cet atelier, Said Messal, membre du Directoire a rappelé que le groupe Al Omrane est l’opérateur national chargé de la mise en œuvre de la politique de l’Etat dans les secteurs de l’Habitat et de l’aménagement des villes. Aménageur, mais également constructeur, promoteur, ses missions portent sur, la résorption des bidonvilles et de l’habitat insalubre, l’aménagement des villes et des zones d’urbanisation nouvelles, la promotion de l’habitat social, ainsi que la mise à niveau urbaine et la requalification des tissus anciens.

 

Le Groupe Al Omrane qui s’est vu confier, depuis 1999, le soin de travailler sur les tissus anciens, est intervenu sur 20 médinas réparties sur l’ensemble du territoire national comprenant 31 médinas. Ces interventions, en coordination avec les acteurs locaux (préfectures et communes), notamment sur les interventions d’urgence portant sur l’habitat menaçant ruine, sont venues élargir le champ des interventions jusqu’ici engagées essentiellement sous l’égide du Ministère de la Culture.

 

Les interventions d’Al Omrane en médina regroupent généralement trois types d’opérations: requalification des espaces publics, traitement de l’habitat menaçant ruine (HMR) et restauration des monuments historiques. 

 

De son côté, Houda Benrhanem, Directrice de la l’Habitat au ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville a présenté l’expérience marocaine et a mis l’accent sur la nouvelle génération de conventions de revalorisation des anciennes médinas lancées et portées par le roi Mohammed VI. Ces dernières ont pour objectif de préserver et de revaloriser notre patrimoine et d’améliorer les conditions de vie des habitants.

 

Confortant cette position, Zahira Sahi directrice de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine et la réhabilitation des bâtiments menaçant ruine, souligne l’importance la préservation de notre patrimoine garant de notre identité marocaine. Mais, tout en ne manquant pas de rappeler que les impacts du Covid sur les populations vulnérables vivant dans ces espaces de manière précaire, nous poussent à réfléchir non seulement sur le bâti, mais également sur l’humain en dédensifiant et en offrant de véritables espaces de vie avec notamment des espaces verts et des placettes. 

 

Le président du Réseau habitat et francophonie a tenu quant à lui à féliciter l’Académie Al Omrane pour cette initiative.