Le360 Actualités Maroc

ع
Economie post-covid
© Copyright : DR

IDE : l'attractivité du Maroc a résisté à l'impact de la crise en 2020, rapporte la CNUCED

Par Hajar Kharroubi le 21/06/2021 à 22h00 (mise à jour le 22/06/2021 à 07h18)

En 2020, les investissements directs étrangers (IDE) reçus par le Maroc se sont maintenus pratiquement au même niveau qu'en 2019, s'élevant à 1,8 milliard de dollars, selon le rapport sur l'investissement dans le monde de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

aA

La stabilité de la croissance économique du Maroc a contribué à drainer des investissements dans plusieurs secteurs de l’industrie manufacturière, notamment l'automobile, le secteur aéronautique et aérospatial ainsi que le textile.

 

L'engagement à long terme des multinationales opérant dans les industries manufacturières a pu contrer la diminution des entrées d'investissements transfrontaliers au Maroc. Et ce, au moment où la cascade de défis économiques et sanitaires dus à la pandémie, combinée aux faibles prix des produits de base énergétiques, a pesé lourdement sur les investissements étrangers en Afrique du Nord, relève la CNUCED. En effet, les entrées d'IDE se sont contractées de 25% atteignant 10 milliards de dollars, contre 14 milliards de dollars en 2019, avec des baisses importantes dans la plupart des pays.

Une baisse de 28% des investissements étrangers directs en Afrique 

 

Contacté par Le360, Driss Effina, professeur universitaire et président du directoire du Centre indépendant des analyses stratégiques, indique que le Maroc a introduit des réformes multiples afin d’améliorer son climat d’investissement et de développer son attractivité pour l’investissement direct étranger.

 

Le Royaume a ainsi mis en place des incitations attrayantes pour tout projet d'investissement. Il a aussi signé des accords de libre-échange avec plusieurs puissances économiques mondiales et ratifié des conventions internationales relatives à la garantie et à la protection de l'investissement. "Ces différentes réformes, combinées à une politique active en matière de promotion orientée IDE, expliquent cette dynamique remarquable concernant les flux d’investissement étranger drainés par le Maroc en 2020, qui est une année qui s’est confirmée comme une annus horribilis pour l'économie mondiale", fait observer Driss Effina.

 

Selon les indicateurs des échanges extérieurs, à fin avril, le flux net des IDE a atteint 6.452 MDH contre 5.763 MDH un an auparavant, soit +689 MDH ou +12%. Cette hausse vient pourtant après une année marquée par les effets du Covid-19 et avoisine celle réalisée pour la période 2018-2019.