Immobilier:
 entrée en vigueur des OPCI | www.le360.ma

ع
immobilier
© Copyright : DR

Immobilier:
 entrée en vigueur des OPCI

Par Rachid Al Arbi le 11/03/2016 à 01h47 (mise à jour le 11/03/2016 à 01h58)

Kiosque360. L’instauration des Organismes de placement collectif immobilier (0PCI) est très attendue par les opérateurs. Cet instrument leur permettra de réaliser des revenus réguliers.

aA

Les professionnels de l’immobilier attendent avec impatience l’entrée en vigueur des Organismes de placement collectif immobilier (OPCI). Dans son édition du jour, L’Economiste rapporte que «les opérateurs se préparent à l’entrée en scène de ce nouveau véhicule, dont le rôle est de collecter de l’épargne publique pour l’orienter vers l’immobilier locatif, notamment de bureaux».

 

En effet, cet instrument a pour objet d’investir exclusivement dans des immeubles dédiés à la location et à but non spéculatif. Les OPCI sont concrètement destinés aux investisseurs en quête de revenus réguliers. «Ces organismes peuvent acquérir des immeubles neufs, anciens ou en état futur d’achèvement (Vefa). Ils peuvent détenir des terrains, construire des immeubles par le biais de sociétés…».  
Cet instrument emprunte la forme d’un Fonds de placement immobilier (FPI) ou d’une Société de placement immobilier (SPI) qui investit au minimum 70% de son patrimoine dans l’immobilier.


Grâce à ces organismes, le marché assistera à la naissance de sociétés foncières spécialisées, nationales ou internationales, afin de réguler le marché de l’immobilier professionnel et de renouveler le parc. Il faut dire qu’ils proposent une fiscalité avantageuse. «Outre le fait de ne pas être assujettis à l’IS (sous la forme de FPI), ces organismes, dont le taux de rendement est stable à long terme (autour de 4 à 5 %), sont tenus de distribuer le plus gros de leur résultat net aux actionnaires».

 

Ceci étant, l’imposition de l’OPCI diffère de celle du porteur de parts. La quote-part versée aux porteurs est, en effet, taxée. 
Il convient par ailleurs de déterminer les bénéficiaires des produits des OPCI. Deux hypothèses ressortent: le modèle américain destiné au grand public ou le modèle européen, dominé par les institutionnels.

Cité par le journal, Nawfel Bendeffa, PDG de Reim Partners, société spécialisée dans le conseil en immobilier, déclare que «cela dépendra de l’évolution du marché, c’est le client qui va définir cette tendance, mais c’est aussi aux gestionnaires de marqueter les produits auprès du grand public».