Le360 Actualités Maroc

ع
Casablanca - immeubles - Centre ville

Casablanca. Vue sur les toits d'anciens bâtiments du centre-ville, en 2016 (archives).

© Copyright : FADEL SENNA/AFP

Investissements en Afrique: le Maroc classé deuxième pays le plus attractif du continent

Par Amine Kadiri le 22/09/2021 à 13h39 (mise à jour le 22/09/2021 à 13h43)

Un récent rapport intitulé «Where to invest in Africa?», publié par la banque sud-africaine Rand Merchant Bank (RMB), classe le Maroc au deuxième rang des pays les plus attractifs du continent africain pour les investissements. Le rapport met en avant la «stabilité politique» dont bénéficie le Royaume.

aA

Malgré la pandémie de Covid-19 et ses conséquences néfastes sur l’activité économique, le Maroc reste dans le peloton de tête des pays africains où il fait bon investir et faire des affaires.

 

Le rapport «Where to invest in Africa?» de Rand Merchant Bank (RMB), banque d’affaires sud-africaine de premier plan, qui évalue le potentiel d'investissement de chaque économie africaine sur la base de leurs environnements éonomiques, classe le Maroc en deuxième position des meilleures destinations d’investissement du continent, devant l'Afrique du Sud et derrière l’Egypte.

 

Le Maroc est le seul pays du Maghreb à figurer dans le top 10. Le Rwanda et le Botswana occupent respectivement la 4e et la 5e position de ce classement. Le Ghana est 6e, Maurice 7e, la Côte d’Ivoire 8e, le Kenya 9e et la Tanzanie 10e.

IDE : l'attractivité du Maroc a résisté à l'impact de la crise en 2020, rapporte la CNUCED 

 

Selon les auteurs du rapport, les critères retenus pour l’élaboration de ce classement concernent l’évaluation de l’environnement des affaires, la fiscalité, mais aussi la capacité budgétaire des Etats à faire face à la crise. Pour le Maroc, le rapport met en avant sa stabilité politique et sa capacité à mobiliser des fonds pour atténuer les effets de la crise.

 

«L'économie du Maroc continue de bénéficier de la stabilité politique. Un fonds spécial de lutte contre la pandémie de Covid-19 a été créé en 2020, représentant 2,7% du PIB. Les deux tiers des fonds ont été fournis par des sources privées et un tiers par le gouvernement», souligne le rapport.

 

Après une année 2020 marquée par une baisse des Investissements directs étrangers (IDE) adressés au Maroc, ceux-ci sont repartis à la hausse en 2021.

 

Au terme des sept premiers mois de l’année, le flux net des IDE a atteint 10,68 milliards de dirhams au titre des sept premiers mois de 2021 en hausse de 9% par rapport à la même période un an auparavant, selon l’Office des Changes.