La province du Québec débauche en masse des talents du Maroc? Voici la réaction du Bureau du Québec à Rabat | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Fuite des cerveaux
© Copyright : DR

La province du Québec débauche en masse des talents du Maroc? Voici la réaction du Bureau du Québec à Rabat

Par Rahim Sefrioui le 21/02/2020 à 12h34

Le Québec débaucherait en masse des compétences du Maroc: cette information est parue dans un article publié dans un média marocain, dont Le360 a publié une synthèse dans sa revue nocturne de la presse quotidienne, a poussé le Bureau du Québec à Rabat à nous adresser les rectifications suivantes.

aA

Suite à cet article, paru dans un quotidien imprimé à Casablanca, et qui avait été repris synthétiquement dans une revue de presse publiée sur notre média le mercredi 19 février, le Bureau du Québec à Rabat a tenu à apporter ses éclaircissements. 

 

«Cet événement est organisé de manière transparente: il a été annoncé sur le site des Journées Québec (www.journees.quebec.gouv.qc.ca) et mené en collaboration étroite avec l'Agence nationale de Promotion de l'Emploi et des Compétences du Maroc (ANAPEC)», nous précise Alain Olivier, directeur du Bureau du Québec à Rabat, dans un courrier adressé à notre rédaction. 

Enquête. Vidéos. Fuite des cerveaux: comment le Canada et surtout la France saignent le Maroc de ses cadres

 

Dans ce courrier, le directeur du Bureau du Québec à Rabat précise que «9 entreprises et institutions québécoises rencontreront des candidats pour les postes suivants: adjoint administratif, aide général, préposé aux bénéficiaires, assembleur de portes et fenêtres, chargé d'inspection d'infrastructures souterraines, chauffeur, cuisinier, commis comptable, opérateur de machines à coudre, soudeur, tôlier et vitrier en usine».

 

De ce fait, estime Alain Olivier dans cette lettre, le Québec est «très loin de l'opération de «débauchage» massif des talents» auquel Le360 a fait allusion dans la reprise de cet article paru dans la presse nationale. 

 

«Nous souscrivons aux normes du recrutement éthique prescrites par l'Office international des migrations et entendons bien poursuivre nos actions, de manière respectueuse des besoins du Maroc et de la volonté de mobilité de certains de ses travailleurs, pour leur offrir un bel avenir au Québec», conclut le directeur du Bureau du Québec à Rabat.