Laâyoune: la vérité sur le recrutement des 500 jeunes à Phosboucraâ | www.le360.ma

ع
Phosboucraa

Une dragline sur la mine de Phosboucraa

© Copyright : DR

Laâyoune: la vérité sur le recrutement des 500 jeunes à Phosboucraâ

Par Younès Tantaoui le 02/08/2016 à 15h24

Une campagne de dénigrement agressive est menée par des médias hostiles au Maroc, accusant Phosboucraâ de snober les jeunes de la région de Laâyoune dans le cadre de son programme de recrutement. Pourtant, la vérité est tout autre. Explications.

aA

Depuis plusieurs semaines, une vaste opération de dénigrement est orchestrée par des parties hostiles au Maroc où l’OCP, qui mène actuellement un grand projet d’investissement à Phosboucraâ, qui devrait se traduire par le recrutement de milliers de jeunes, est accusé de favoriser l’emploi des personnes issues d’autres villes que Laâyoune et sa région.

 

Voici ce qu’il faut réellement retenir de l’opération de recrutement menée par l’OCP actuellement dans le sud.

 

500 jeunes exclusivement issus de Laâyoune déjà recrutés

Comme rapporté il y a quelques jours par Le360, Phosboucraâ a déjà recruté 500 jeunes pour suivre une formation en vue de leur intégration dans le site de Phosboucraâ. Contrairement aux accusations calomnieuses véhiculées par les parties hostiles au royaume via des agences de presse qui leur sont proches, les 500 jeunes sont tous issus du bassin d’emploi de la région de Laâyoune. Ce recrutement fait d’ailleurs partie des initiatives lancées par Phosboucraâ dans le cadre de la dynamique de développement des régions du Sud, ce qui impose de fait que le recrutement se fasse sur place.

 

Auprès de Phosboucraâ, on précise également que toute la base de sélection est composée de jeunes issus du même bassin d’emploi et les candidats ont passé tous leurs tests dans la ville de Laâyoune.

 

D’autres recrutements vont suivre.

Dans le cadre de ses projets menés actuellement dans la région, Phosboucraâ ne devrait pas se contenter des 500 premières recrues, mais elle est appelé à en recruter davantage pour répondre à ses besoins. Dans ce sens, des opérations de recrutement complémentaires seront lancées sous peu pour satisfaire les besoins en ressources humaines estimés à 1.200 employés.

 

Ceci se fera au fur et à mesure de l’avancement de la réalisation des projets. Et à l’instar de la première opération, les prochaines se dérouleront toutes dans les mêmes conditions de sélection que la première, avec une priorité donnée aux jeunes issus des régions du Sud.


Une plate-forme dédiée à l’appel à candidature

Pour justifier leurs critiques envers ce processus de recrutement, les détracteurs affirment que le processus de recrutement s’est fait secrètement, en particulier l’appel à candidatures. Il suffit de rappeler que non seulement les besoins en recrutement ont été annoncés dès le lancement du projet d’investissement, mais une plateforme informatique a également été créée spécialement pour recueillir les candidatures (www.recrute-phosboucraa.ma).

 

Par ailleurs, l’opération de sélection n’a pas été réalisée par la direction générale de Phosboucraa mais a été confiée à un cabinet externe spécialisé dans le recrutement. L’opération a entièrement été gérée à travers une plateforme informatique assurant la traçabilité et l’audibilité de l’ensemble du processus et des interactions avec les candidats.

 

Il faut aussi souligner que les candidats disposant des profils demandés ont été classés par spécialités selon les résultats obtenus aux tests psychotechniques et de connaissances métiers passés sur ordinateur et aux entretiens avec les jurys professionnels. Ceci a permis d’éviter toute possibilité d’interventionnisme ou de clientélisme.

 

Un processus de sélection «codifié»

Dans le même sens, et contrairement aux allégations fallacieuses, l’équipe en charge des sélections ne disposait à aucun moment du processus de recrutement des données personnelles des candidats. Le travail technique de sélection se faisait en effet sur une base de données codifiée. De même, à aucun moment, le siège de l’OCP à Casablanca n'est intervenu dans ce processus.

 

La formation d’abord, le recrutement ensuite

Après les différentes étapes de sélections actuellement closes, les candidats sélectionnés vont d’abord subir une formation aux différents Centres de Compétences industrielles du Groupe OCP et suivre des stages, avant d’être affectés à leurs postes. Il s’agit d’une formation technique et d’un stage d’apprentissage d’une durée totale de 22 mois dans les métiers de la production, de la chimie industrielle, de la maintenance et du génie civil, pour être opérationnels sur les installations de Phosboucraâ.

 

Ils s’ajouteront ainsi aux 1.700 autres employés issus majoritairement de la région. Ce qui fait de Phosboucraâ l’un des plus grands employeurs privés au niveau local et un contributeur majeur à la vie économique de la région.

 

Pour rappel, cette opération de recrutement d’envergure est destinée à répondre aux besoins en capital humain des premières phases du vaste programme d’investissement de Phosboucraâ, lancé en février 2016 par le roi Mohammed VI, et qui représente un investissement total de 17 milliards DH. Dans ce programme, il est prévu la construction d’un complexe d’engrais, d’une usine de traitement et d’un nouveau wharf.

Il est à rappeler que ces recrutements entrent dans le cadre de la dynamique de développement lancée par le souverain dans les provinces du Sud à l’occasion du 40e anniversaire de la Marche Verte.