Le palmarès des secteurs qui ont le plus recruté en 2020 | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Call center
© Copyright : DR

Le palmarès des secteurs qui ont le plus recruté en 2020

Par Rachid Al Arbi le 13/01/2021 à 21h26

Kiosque360. Durant la crise, l'emploi a été sauvé par les call centers. Ils sont suivis des opérateurs IT et des banques. Le profil débutant a été le plus demandé.

aA

S'il y a un secteur qui n'a pas cessé ses recrutements au plus fort de la crise du Covid, c'est bien celui des centres d’appels. Dans son édition du jour, L’Économiste rapporte que le secteur s'est placé en tête de ceux qui ont le plus recruté l’année dernière. "Sur les 75.316 postes ouverts sur le jobboard l’an dernier, 50.883 ont concerné les call centers, soit près de 68%", relève le quotidien qui explique que les centres d'appels ont profité du développement massif du télétravail et du recours de certains donneurs d'ordre à une gestion externalisée de leur relation client. Le journal ajoute également l'important essor du e-commerce, un donneur d'ordre majeur des centres d'appels. De facto, la fonction «métiers du call center» a été la plus demandée en 2020, avec près de 63% des ouvertures de postes. Elle est, selon le quotidien, suivie de celle de l’informatique/électronique (22%) et de la banque/finance (4%).

 

En tête des profils recrutés avec 57% des offres, les débutants en quête d’un premier emploi, pour des raisons évidentes de baisse des coûts des recruteurs. Le journal affirme que les demandeurs d'emploi justifiant de 3 à 5 ans et de 5 à 10 ans d’expérience représentent respectivement 11% et 8% des ouvertures de postes, alors que les séniors, en particulier ceux ayant perdu leur emploi suite à la crise, ont du mal à se recaser. Ceci dit, L'Économiste constate que la tendance varie d’un secteur à l’autre. Il avance que, dans celui des IT, les professionnels cumulant 3 à 10 ans d’expérience accaparent 55% des créations.

 

Le journal remarque également que les employeurs sont moins exigeants sur les diplômes, puisque les bac+4 ne représentent plus que 23% des créations de postes en 2020, alors qu'ils étaient de 88% en 2019. Les bac+3 et moins sont plus prisés, avec plus des trois quarts des ouvertures. L'Économiste soutient que les IT sont plus exigeants sur les qualifications, les deux tiers des ouvertures visant des bac+5.

 

Plus globalement, le journal fait savoir que la création d’emploi a sensiblement pâti des contrecoups de la crise, avec une baisse de volume globale de 30% par rapport à 2019, en dépit de l'augmentation de 4% en décembre.