Le trafic portuaire ne connaît pas la crise | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Secteur portuaire
© Copyright : DR

Le trafic portuaire ne connaît pas la crise

Par Rachid Al Arbi le 20/05/2020 à 21h14

Kiosque360. Les flux au niveau des ports sont toujours orientés à la hausse. A fin avril, pas moins de 31,3 millions de tonnes ont été traitées.

aA

L’impact de la crise sanitaire sur le trafic maritime est plutôt positif. Dans son édition du jeudi 21 mai, L’Economiste rapporte, en effet, que les flux demeurent soutenus aussi bien à l’import qu’à l’export, particulièrement pour les produits stratégiques, l'alimentation, l'énergie et les phosphates et dérivés. Le journal avance que le trafic transitant par les ports gérés par l’ANP s’est chiffré à 31,3 millions de tonnes à fin avril dernier, en augmentation de près de 10%. «Au titre du seul mois d’avril, les flux traités ont porté sur 7,8 millions de tonnes, en hausse de 4,9% par rapport au même mois de l’année écoulée», écrit le quotidien économique. Dans le détail, le journal relève une hausse de 6,3% des importations à 19,4 millions de tonnes et une augmentation de 8,4% des exportations à 10,8 millions de tonnes. A cela s’ajoute une hausse de 1,6% à 1 million de tonnes du cabotage, qui porte pour l’essentiel sur les produits énergétiques.


L’Economiste constate la prédominance de 3 ports dans le trafic, à savoir ceux de Casablanca, Mohammedia et Jorf Lasfar. A eux seuls, ces ports ont assuré le transit de 24,8 millions de tonnes, soit plus de 80% du trafic.


Le journal précise, par ailleurs, que l’activité du transport international routier maintient également un trend haussier. «Au terme des 4 premiers mois, le trafic TIR a porté sur 5.887 unités, en forte hausse de 17% par rapport à fin avril 2019».
Même constat pour l’activité des conteneurs. Les ports relevant de l’ANP ont traité plus de 450.000 boîtes à fin avril dernier, soit l’équivalent de 4,4 millions de tonnes.


En revanche, le trafic global des hydrocarbures est en baisse, en recul de 5,3% à 3,3 millions de tonnes, en raison de la réduction de cette activité dans les ports de Mohammedia (- 6,4%), Jorf Lasfar (-6,9%), Nador (-14,6%) et Laâyoune (-12,1%). Cependant, le cabotage à partir de Tanger-Med, dont une grande partie concerne le gasoil et le fuel oil, a bondi de 14,6%.