Le360 Actualités Maroc

ع
Casablanca Finance City

Casablanca Finance City. 

© Copyright : DR

Les atouts de Casablanca Finance City

Par Fayçal Ismaili le 18/06/2019 à 21h18

Kiosque360. Les entreprises ne viennent pas à Casablanca Finance City uniquement pour les avantages fiscaux. La contribution fiscale des sociétés installées est en hausse de + 47% entre 2017 et 2018.

aA

La fiscalité n’est pas le principal attrait de CFC. C’est ce qu’a tenu à préciser le top management de Casablanca Finance City lors d’une conférence de presse à laquelle le quotidien Aujourd'hui le Maroc a consacré un article de couverture, dans sa livraison du 19 juin.

 

«CFC n’est pas un paradis fiscal. Les entreprises ne viennent pas au Maroc pour sa fiscalité», explique Said Ibrahimi, DG de CFC, faisant allusion aux informations relayées par certains médias à ce sujet. Pour M. Ibrahimi, d’autres pays disposent d’une fiscalité plus attrayante, citant notamment à ce titre l’Ile Maurice, Dublin, Luxembourg ou encore Dubaï. Evoquant les propos tenus par Pierre Moscovici, commissaire européen aux affaires économiques, durant les Assises de la fiscalité, le DG de CFC a tout simplement précisé que le commissaire en question n’avait pas sa place à ces Assises rappelant la concurrence de certains pays en Europe qui veulent se positionner comme une plateforme pour l’Afrique.

 

Véritable hub africain des affaires, Casablanca Finance City attire plus que jamais les entreprises africaines. La raison est simple: l’Afrique est un continent complexe et difficile à appréhender sans une présence locale. A cet égard, CFC se dit offrir un accompagnement et une présence durant tout le process de vie de l’entreprise et permet l’accès à une communauté active d’entreprises. Depuis Casablanca, la communauté CFC investit de plus en plus en Afrique: ses entreprises évoluent dans 46 pays africains. Africa 50, une plateforme d’investissements dédiés aux infrastructures africaines, ambitionne de mobiliser 100 milliards de dollars pour le continent. Elle a démarré plusieurs projets, notamment dans le secteur des énergies renouvelables. Le montant global des fonds gérés par les sociétés de gestion depuis CFC pour des projets en Afrique s’élève, quant à lui, à près de 5 milliards de dollars, relève le management de la place financière.

 

La contribution fiscale des sociétés membres est en hausse de + 47% entre 2017 et 2018. Casablanca Finance City compte actuellement 184 membres enregistrant une hausse de 28% comparé à l’année 2017.