Les ménages sont pessimistes pour la reprise de l'emploi | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
chomage
© Copyright : DR

Les ménages sont pessimistes pour la reprise de l'emploi

Par Rachid Al Arbi le 21/01/2021 à 22h07

Kiosque360. La reprise de l'emploi, les ménages n'y croient pas. 85% d’entre eux s’attendent à une hausse du chômage. De plus, la conjoncture continuera à peser sur leur consommation.

aA

Les ménages n'envisagent pas une reprise de l’emploi. Dans son édition du jour, L’Économiste soutient que "les dispositions de la loi de Finances qui consentent une exonération de l’IR pour encourager les entreprises à embaucher ne semblent pas trop rassurantes". Et ce ne sont pas, selon lui, les prévisions d’une reprise de la croissance de 4,6% par le Haut commissariat au Plan et 4% par la Banque Mondiale qui leur redonnent confiance. Il avance que 85% des ménages s’attendent à une hausse du chômage au cours des 12 prochains mois. "Le solde d’opinion est resté ainsi négatif à moins 78,3 points au quatrième trimestre 2020 contre moins 71,6 points un an auparavant", relève-t-il. Entre temps, "le taux de chômage se serait dégradé de 3,6 points en 2020 à 12,8%". Les jeunes, les diplômés et les femmes sont les plus touchés.

 

Parallèlement à l'emploi, le journal remarque que les ménages sont également sceptiques par rapport à l’amélioration de leur niveau de vie. "Au cours des 12 prochains mois, 41,7% d’entre eux s’attendent à une dégradation, 34% à un maintien au même niveau et seuls 24,3% à une amélioration. Ainsi, avec moins 17,4 points, le solde d’opinion relatif à cet indicateur s’est dégradé par rapport au quatrième trimestre de l’année 2019", remarque-t-il.

 

Dans ce sillage, ils jugent la conjoncture peu favorable à l’acquisition de biens durables. Ce qui est "peu encourageant pour les entreprises, confirmant la détérioration de leur situation financière". Ceci dit, six ménages sur dix ont estimé que leurs revenus couvrent leurs dépenses au quatrième trimestre 2020, alors que le tiers s’endette ou puise dans leur épargne. A peine 4,5% d'entre eux épargnent. Pour ce qui est de l’évolution de leur situation financière au cours des 12 prochains mois, 23,2% contre 22,6% des ménages s’attendent à une amélioration.