L’Irlande en tête des pays investisseurs au Maroc | www.le360.ma

ع
investissements directs étrangers
© Copyright : DR

L’Irlande en tête des pays investisseurs au Maroc

Par Fayçal Ismaili le 15/05/2019 à 17h53

Kiosque360. L’Irlande se classe numéro 1 des investissements directs étrangers (IDE) au Maroc en 2018, d’après les chiffres provisoires de l’Office des changes qui dévoilent aussi la suite du classement. Les détails.

aA

Le premier pays de provenance des investissements directs étrangers (IDE) vers le Maroc en 2018 est l’Irlande, selon les chiffres provisoires formulés par l’Office des changes. A lui seul, cet Etat capte 30 % des flux de l’année 2018, rapporte Aujourd’hui le Maroc dans son édition de ce 16 mai. Ainsi, sur un total de 34,16 milliards de dirhams, ce pays réalise des flux de 9,68 milliards de dirhams.

 

Sur le podium également, se hissent la France à la deuxième position (flux net d’environ 3,77 milliards de dirhams), et le Danemark à la troisième (3,89 milliards de dirhams). Les Emirats Arabes Unis (2,79 milliards de dirhams) et les États-Unis (2,19 milliards de dirhams) se retrouvent, respectivement, à la quatrième et cinquième place. Petite surprise: le Japon. Ses IDE ont atteint un pic en 2018. En effet, leur flux se chiffre à 1,58 milliard de dirhams contre 5 millions de dirhams un an plus tôt.

 

Concernant l’évolution des investissements directs étrangers au Maroc par recettes, on retrouve là aussi l’Irlande (9,69 milliards de dirhams, + 6 milliards de dirhams en un an), suivie de la France (8,12 milliards de dirhams en 2018 contre 7,73 milliards de dirhams en 2017) et des Emirats Arabes Unis (3,9 milliards de dirhams, + 300 millions de dirhams en un an).

 

Autre enseignement: le grand engouement des investisseurs étrangers pour les activités financières et d’assurance (9,66 milliards de dirhams à fin 2018), les activités immobilières (5,35 milliards de dirhams)  et les industries manufacturières (4,88 milliards de dirhams) , comme l’a noté le journal dans ses colonnes, précisant que ces trois secteurs captent plus de la moitié du flux réalisé à fin 2018.