Maroc-Emirats: une coopération renforcée au fil des ans | www.le360.ma

ع
Cheikh Mohammed Bin Zayed Al-Nahyan et roi

Cheikh Mohammed Bin Zayed Al-Nahyan et le roi Mohammed VI.

© Copyright : Le360

Maroc-Emirats: une coopération renforcée au fil des ans

Par Le360 (avec MAP) le 02/12/2015 à 14h57

Les relations économiques entre le Maroc et les Emirats Arabes Unis se renforcent au fil des ans à la faveur d'un engagement fort des secteurs public et privé.

aA

La coopération entre le Maroc et les Emirats Arabes Unis englobe des domaines aussi variés que l'agriculture, le tourisme, l'immobilier, l'énergie ou les télécommunications. Ainsi, les Emirats Arabes Unis sont le premier pays du Conseil de Coopération du Golfe à s'être implanté de manière forte et visible dans le tissu économique marocain, avec des investissements d'envergure entrepris en appui aux chantiers de développement lancés par le royaume.

 

Les échanges commerciaux entre les deux pays ne cessent d'évoluer d'une année à l'autre, une progression alimentée principalement par la hausse des importations des Emirats Arabes Unis.
La balance commerciale entre les deux pays s'est affichée déficitaire à fin juin 2015 au détriment du royaume, avec un solde commercial estimé à 2,22 milliards de dirhams (MMDH), selon les chiffres de l'Office des changes.

 

Les exportations du Maroc vers les Emirats Arabes Unis sont estimées à 217,35 millions de dirhams (MDH) à fin juin 2015, alors que ses importations de ce pays du Golfe se sont chiffrées à 2,44 milliards de dirhams (MMDH) à fin octobre 2014.

 

Des légumes et des voitures exportés
Les minéraux viennent en tête des importations marocaines en provenance des Emirats Arabes Unis avec plus de 1,04 MMDH, suivis de l'aluminium (375,52 MDH) et des dattes (233,08 MDH).

En revanche, le Maroc exporte vers les Emirats Arabes Unis principalement du prêt-à-porter (35,48 MDH), des voitures particulières (20,93 MDH) et des légumes frais (15,63 MDH).

 


Les liens entre les deux pays ont été renforcés en juin 2013 après la signature d'un mémorandum d'entente entre le royaume et le Fonds d'Abou Dhabi pour le développement, en vertu duquel le Maroc s'est vu octroyer un don de 1,25 milliard de dollars, destinés au financement d'une série de projets de développement.

 

Des investissements diversifiés

La Ligne à grande vitesse (TGV) Tanger-Casablanca, le complexe portuaire Tanger-Med et la rocade méditerranéenne figurent parmi les grands projets financés grâce au Fonds d'Abou Dhabi. Résultat: les investisseurs émiratis se positionnent aujourd'hui dans le peloton de tête parmi les opérateurs arabes implantés dans le royaume dans des secteurs aussi divers que l'immobilier, le tourisme, l'énergie, l'agriculture ou la finance.

 

Le soutien économique émirati au Maroc se traduit également à travers la contribution de Aabar Investments PJS au financement du fonds d'investissement Wessal Capital, considéré comme le plus important fonds souverain en Afrique et qui finance la réalisation de grands projets structurels et de développement à Casablanca et à Rabat.

 

Les dernières années ont connu une affluence significative des investissements émiratis au Maroc, opérés par de grandes institutions telles le Fonds d'Abu Dhabi pour le développement, la Société maroco-émiratie de développement, les sociétés Taqa, Etisalat et Al Maabar International Investments, entre autres.

 

Energies renouvelables

Liés par un accord de libre-échange signé en 2001 et entré en vigueur en 2003, les Emirats arrivent en troisième position durant la première décennie en termes d'investissements étrangers au Maroc.

Partenaires fidèles, les Emirats continuent, malgré une conjoncture mondiale défavorable, à accompagner le plan national de développement des énergies renouvelables qui a ainsi bénéficié de facilités financières estimées à 300 millions de dollars US.

 

L'industrie hôtelière et d'autres activités touristiques, l'agro-industrie, l'immobilier et l'énergie sont les filières de prédilection pour les groupes émiratis, encouragés par les avantages offerts aux investisseurs, la stabilité politique, l'ouverture économique du Maroc et sa proximité avec l'Europe.