Marrakech: la mairie impose aux hôteliers de gérer leurs déchets | www.le360.ma

ع
Marrakech
© Copyright : DR

Marrakech: la mairie impose aux hôteliers de gérer leurs déchets

Par Mouna Qacimi le 22/02/2016 à 00h29 (mise à jour le 22/02/2016 à 00h45)

Kiosque360. Les hôteliers de Marrakech ont été surpris par la nouvelle décision de la mairie, qui leur impose de gérer eux-mêmes leurs déchets.

aA

La mairie de la ville de Marrakech vient de demander par courrier, à l’ensemble des hôteliers, de se débrouiller désormais pour la gestion de leurs déchets. Le conseil de la ville s’appuie sur une circulaire ministérielle de l’Intérieur relative à la gestion des déchets domestiques dans l’espace public communal, rapporte le quotidien L’Economiste dans son édition de ce lundi 22 février.

 

«Nous ne connaissons pas cette circulaire et nous ne savons rien de son contenu», déclare à ce propos un hôtelier, cité par le journal. Selon L’Economiste, le courrier envoyé par la mairie indique que la circulaire ministérielle remonte à 2012. Pour Ahmed El Motassdek, 4e vice-président de la mairie, «le conseil ne fait que poursuivre une procédure qui a démarré au temps de l’ancienne équipe. Les nouveaux contrats liant la mairie aux délégataires concernent uniquement les ordures ménagères. Or, sur les 800 tonnes produites quotidiennement par Marrakech, les hôtels et les restaurateurs en produisent une centaine. Un coût supplémentaire pour la ville estimé à 10 millions de dirhams par an».

 

Les hôteliers appréhendent cette nouvelle décision qui pourrait avoir comme suite logique l’obligation de payer une redevance pour la collecte des déchets. D'ailleurs, une redevance proportionnelle au volume des bacs fournis sera versée par les entreprises hôtelières. Une mesure d’emblée perçue comme une arnaque par les hôteliers. Pour eux, elle fera en effet double emploi avec la taxe de services communaux et la taxe d’habitation dont ils s’acquittent et qui vont aux communes pour justement assurer la gestion des déchets. «Que le service soit concédé ou pas, le bénéficiaire n’est pas concerné et la ville doit assumer ses responsabilité», s’insurge encore un hôtelier.