Phosphate Days: le Maroc se positionne à l’avant-garde de la R&D dans le domaine des phosphates | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
UM6P

L'université Mohammed VI Polytechnique, à Benguérir.

© Copyright : DR

Phosphate Days: le Maroc se positionne à l’avant-garde de la R&D dans le domaine des phosphates

Par Khalil Ibrahimi le 18/10/2020 à 14h35

L’Université Mohammed VI Polytechnique, en collaboration avec le réseau mondial Phoresnet (Phosphate research network) a organisé la seconde édition des Phosphates Days, du 13 au 17 octobre. 1.445 chercheurs et ingénieurs issus de 25 pays ont pris part, en ligne, à cet évènement.

aA

Les participants à la seconde édition des Phosphate Days ont confirmé le rôle de la R&D et de l’innovation comme levier stratégique de développement dans les domaines liés aux phosphates, aux composés phosphorés et à l’industrie des phosphates.

 

Organisés en ligne du 13 au 17 octobre, les Phosphate Days 2020 ont réuni 1.445 chercheurs et ingénieurs de 25 pays (dont l’Algérie, la Guinée, les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, le Canada, les Pays-Bas, l’Autriche, et l’Australie), positionnant l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) comme une référence mondiale en matière de recherche autour des phosphates.

 

«Le Maroc possède les premières réserves mondiales de phosphates au monde. Il en est aussi le premier exportateur. Dans un avenir proche, il pourrait devenir le premier pays en termes de production scientifique et d’innovation. La R&D joue un rôle de plus en plus important dans la compétitivité des entreprises et le développement des nations. Elle est au cœur même de la création de valeur et de la croissance durable», a indiqué Abdelaâli Kossir, directeur du bureau de transfert de technologie de l'l’UM6P, coordinateur de Phoresnet et co-président de la Conférence, cité par un communiqué.

Marché des phosphates: l'OCP se maintient en pole position mondiale

 

Deux temps forts ont marqué cette édition 2020: les Young Researchers Days et l’International Conference on Phosphates.

 

Sur le thème du transfert technologique, les Young Researchers Days ont rassemblé pendant deux jours de jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants) afin de renforcer leurs connaissances en matière d’entrepreneuriat et de transfert technologique dans le but de promouvoir la valorisation de leurs résultats de recherche, ainsi que leur application industrielle.

 

Les jeunes scientifiques ont bénéficié dans ce cadre de sessions de formation destinées à améliorer leurs compétences dans un large éventail de domaines liées à l’innovation et l’entrepreneuriat. Ils ont été invités, ensuite, à présenter leurs résultats de recherche devant un jury d’experts. Les meilleurs projets sélectionnés vont bénéficier d’un accompagnement pour le transfert technologique et l’industrialisation de ces résultats.

 

«A l’UM6P, les projets de recherche sont conçus pour que leurs résultats puissent être appliqués dans le domaine industriel pour mettre le Maroc et l’Afrique au diapason de l’innovation et du développement technologique», a souligné Abdelaâli Kossir.

Joint-Venture OCP, Budenheim et Prayon. Acide phosphorique purifié: une nouvelle unité pour un doublement des capacités

 

Véritable congrès scientifique multidisciplinaire, l’International Conference on Phosphates a quant à lui proposé pendant trois jours un programme de conférences plénières et thématiques.

 

La plénière d’ouverture a été notamment marquée par la participation de S.E Ahmed Tidiane Souaré, ancien Premier ministre et actuel conseiller du Président de la Guinée, qui a développé le potentiel de l’Afrique en matière de ressources minérales et les perspectives de développement de l’industrie minière en Afrique ainsi que Ahmed Djebbar, ancien ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique d’Algérie.

 

Des scientifiques et experts de renom ont à cette occasion présenté les principales avancées dans l’exploration et l’exploitation minière, l’ingénierie des transports de fluides complexes, dans la chimie, les procédés et les matériaux avancés, l’environnement minier et l’économie circulaire, la biotechnologie, la fertilisation et la sécurité alimentaire, ou encore la digitalisation et les nanotechnologies en agriculture, rapporte le communiqué.

 

L’importance des synergies entre industriels, scientifiques et ingénieurs du monde entier a également été soulignée, en vue d’identifier les innovations les plus récentes qui pourront avoir un impact sur le développement socio-économique des territoires et la protection de l’environnement.