Plan d’accélération industrielle. Le bilan d’étape | www.le360.ma

ع
Cover Reportage Renault Maroc Tanger

Usine Renault de Tanger

© Copyright : Le360

Plan d’accélération industrielle. Le bilan d’étape

Par Ndiaye Mar Bassine le 06/04/2015 à 06h55

Kiosque360. Un an après le lancement du plan d’accélération industrielle (PAI), le ministère de tutelle devrait faire un bilan d’étape aux prochaines assises. L’automobile, le textile et les phosphates ont déjà une dizaine d’écosystèmes.

aA

Pour Moulay Hafid Elalamy (MHE), le bilan du plan d’accélération industrielle (PAI) 2014-2020 est très satisfaisant et la dynamique a bel et bien été lancée depuis avril 2014. Le ministre de l’industrie se confiait au quotidien Les Eco, "en marge d’une rencontre organisée à Casablanca par l’Association marocaine des ingénieurs des mines (AMIM)". Dans sa livraison, le quotidien en profite pour revenir sur cet ambitieux programme si cher à MHE.

Pour avoir des chiffres exacts sur les réalisations de la première année de mise en œuvre, les résultats de l’analyse d’impact obtenus grâce à la mise en place des premiers écosystèmes lancés dans le cadre du PAI. Ces écosystèmes, faut-il le rappeler, doivent être constitués autour de majors  dans des secteurs clés de l’économie.

 

L’Automobile quatre écosystèmes en place

Aujourd’hui, une dizaine de ces écosystème est déjà mise en place, dans les secteurs de l’automobile, du textile, mais également des phosphates. Concernant, l’automobile, il s’agira de servir d’abord les équipementiers, ensuite les constructeurs. Pour ce qui concerne la sous-traitance quatre filières ont été identifiées à savoir le câblage, l’emboutissage, les batteries et l’habitable. Pour rappel, en octobre dernier en marge de l’Automotive meeting de Tanger, 13 conventions avaient été signées portant sur un investissement global de 1,4 milliards de dirhams.  L’objectif est clairement de renforcer l’intégration de la filière en faisant venir des fournisseurs de matières premières utilisées dans l’industrie par les sous-traitants. C’est dans ce cadre qu’une importante convention d’investissement a été signée avec le géant mondial TE Connectivity qui s’apprête à lancer une importante unité de production. Cette dernière marquera la fin des importations de textile.

 

Textile : Objectif renforcer l’amont

S’agissant du textile, les premiers écosystèmes au nombre de trois, sont déjà lancés en février dernier, et ils doivent contribuer à la création de 44.000 emplois nouveaux dans les 5 années à venir. Il s’agit de 46% de l’objectif fixé dans le cadre du PAI pour ce secteur. Sont concernés les filières du Denim, du Fast Fashion et des distributeurs industriels de marques nationales. Selon les premières estimations, un chiffre d’affaires de plus de 6,3 milliards de dirhams devrait être généré. Au total, 57 conventions d’investissement sont déjà signées L’un des principaux objectifs visés est la création d’un amont textile dans ces filières, pour pallier à l’un des éternels problèmes du textile marocain.

Enfin, concernant les phosphates, le secteur a eu l’honneur de voir l’émergence du tout premier écosystème intégré autour d’OCP group. Le premier exportateur mondial de phosphate regroupe déjà des dizaines de PME spécialisées dans la fourniture de biens et services