Résilience des entreprises financées par le Capital investissement | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Capital investissement
© Copyright : DR

Résilience des entreprises financées par le Capital investissement

Par Fayçal Ismaili le 07/04/2021 à 19h46

Kiosque360. En 2020, les performances du Capital investissement ont été passées au crible par l’Association marocaine du capital investissement (Amic). Le constat? Une résilience des entreprises financées par le Capital investissement. Les détails.

aA

Dans une étude, l’Association marocaine du capital investissement (Amic) présente l’impact de la crise sanitaire sur les performances du Capital investissement. Ainsi, au moment où le monde des affaires est secoué par la pandémie de Covid-19, l’activité du Capital investissement fait preuve de résilience, comme le rapporte Aujourd’hui le Maroc dans son édition de ce 8 avril. 

 

Face à un fléchissement moyen des chiffres d’affaires des PME, de l’ordre de 32% au niveau national en 2020, l’Amic met en avant un chiffre d’affaires des entreprises accompagnées par ses fonds contenu à 202%. Autre indication révelée: la dynamique soutenue des transactions, avec des levées de fonds de l’ordre de 1,35 milliard de dirhams.

 

Concernant les levées dans le cadre des fonds purement marocains, elles se sont appréciées de 540 millions de dirhams, passant ainsi de 30 à 570 millions de dirhams, souligne le journal avant de s’intéresser aux investissements de fonds qui se sont consolidés de 5%, pour s’établir à 804 millions de dirhams à fin 2020.

 

S’agissant des sorties, 10 actes d’investissement ont eu lieu en 2020, totalisant un montant de 120 millions de dirhams, poursuit le journal. Dans son rapport, l’Amic constate aussi que la crise sanitaire sur le chiffre d’affaires des entreprises investies n’a pas impacté les secteurs de la même façon. Ainsi, d’après le chercheur en charge de cette étude, «le secteur de l’industrie chimique, du négoce et de l’IT sont les secteurs les moins impactés, au moment où le secteur primaire et le BP ont beaucoup souffert». Et de relever «un niveau de confiance envers le secteur et les entreprises financées».