Taux directeur: nouvelle baisse en perspective? | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
BANK AL-MAGHRIB

Succursale de Bank Al-Maghrib, avenue Hassan II, à Casablanca. 

© Copyright : Le360 : Adil Gadrouz

Taux directeur: nouvelle baisse en perspective?

Par Rachid Al Arbi le 01/05/2016 à 22h28 (mise à jour le 01/05/2016 à 22h34)


Kiosque360. Les professionnels du marché anticipent une révision à la baisse du taux directeur. Ils se basent sur un fort repli des rendements obligataires à très court terme, qui descendent à moins de 2%, poussés en cela par la réduction des levées du Trésor.

aA

Le marché obligataire passe par une période délicate. Dans son édition du jour,  L’Economiste constate que «l'amélioration des finances publiques rend indirectement les placements sur le marché obligataire moins intéressants». Le journal relève que «les taux sont toujours orientés à la baisse et que le mouvement devrait se poursuivre». C’est d’ailleurs ce qu’observe un analyste dans les colonnes du quotidien économique: «les rendements sont inférieurs à 2%».

 

La situation est, à quelques différences près, la même sur le marché secondaire. A tel point que, pour une source de L’Economiste, «Les investisseurs anticipent une nouvelle baisse du taux directeur». En effet, il a été constaté que, sur le compartiment monétaire, les banques se prêtaient de l'argent à moins de 2%, face à un taux directeur de 2,25%. Il est, dans ces conditions, plus raisonnable pour la banque centrale de réviser son taux pour éviter une décorrélation avec les taux réels. 


 

La tendance baissière des taux devrait se maintenir sur les prochains mois. Attijari Intermédiation, citée par L’Economiste, pense que «la tendance baissière des taux, initiée en 2014, ne devrait pas s'inverser en 2016 en raison du net recul des besoins du Trésor». La fin de la compensation des produits énergétiques, aditionnée à la baisse des prix des matières premières agricoles, a fortement réduit les dépenses de l'Etat. Par conséquent, le Trésor sollicite beaucoup moins le marché domestique. 
Dans ces conditions, les sources sûres de placement se tarissent. Les obligations d'Etat, moins risquées, sont plébiscitées en dépit de la faiblesse des taux. La bonne nouvelle est que «le manque d'opportunités sur le marché des titres souverains et de la dette privée pourrait susciter un regain d'intérêt pour la Bourse». L’impact est cependant, pour le moment, encore peu palpable.