Taux directeur: une baisse attendue? | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Cover Vidéo - Le wali Jouahri explique pourquoi le taux directeur de Bank Al-Maghrib reste inchangé
© Copyright : Le360

Taux directeur: une baisse attendue?

Par Fayçal Ismaili le 15/12/2019 à 16h54

Kiosque360. Alors que les responsables de la politique monétaire du pays pensent toujours que «le loyer de l’argent» n’est pas le vrai problème, des acteurs économiques anticipent déjà une baisse potentielle du taux directeur.

aA

Tous les regards se tournent vers le siège de la banque centrale à Rabat. Et pour cause. Bank Al-Maghrib (BAM) y tient son dernier conseil d’administration de l’année en cours. Si les réunions de BAM sont toujours très attendues en raison des décisions stratégiques qui peuvent s’y prendre, cette fois-ci, un point en particulier va sans nul doute capter les regards. Il s’agit bien évidemment du taux directeur. Il y a trois mois, le wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri et, avec lui, les membres du conseil d’administration, avaient conclu qu’il n’y avait aucune raison de revoir le niveau actuel du taux directeur. Ainsi, le CA de BAM avait décidé, en septembre, lors de sa troisième réunion trimestrielle de l’année de maintenir inchangé le taux directeur à 2,25%, «vu que son niveau avait été considéré comme approprié», peut-on lire dans les colonnes du quotidien Aujourd’hui le Maroc, dans son édition du 16 septembre.

 

A la place et au regard de la persistance de besoins importants de liquidité bancaire sur l’horizon de prévision, la banque centrale avait décidé de réduire le taux de la réserve monétaire de 4 à 2%, permettant ainsi une injection permanente d’un peu plus de 11 milliards de dirhams. Il faut dire que les besoins en liquidité avaient atteint 95,5 milliards de dirhams en moyenne hebdomadaire en août et devraient s’établir à 77,6 milliards au terme de 2019, avant d’atteindre 96 milliards de dirhams à fin 2020. Un peu plus de trois mois après, BAM va-t-elle lâcher du lest sur le taux directeur? Alors que les responsables de la politique monétaire du pays pensent toujours que «le loyer de l’argent» n’est pas le vrai problème qui réside bien plus dans la visibilité et le climat de confiance sur le marché, des acteurs économiques anticipent déjà une baisse potentielle.

 

Car certains acteurs du marché voient les choses différemment. Ce fut le cas avec CDG Capital. La filiale du groupe CDG (Caisse de dépôt et de gestion) prévoit une baisse du taux directeur de 25 points de base à 2%. Ces pronostics ont été basés, notamment, sur trois facteurs, à savoir l’absence de pressions inflationnistes à l’horizon de prévision, la faible reprise des crédits bancaires, notamment ceux accordés aux entreprises, ainsi que la volonté des pouvoirs publics, qui s’inscrit dans le cadre des Hautes directives royales visant la facilitation de l’accès au financement, particulièrement pour les TPME et les jeunes diplômés.