Le360 Actualités Maroc

ع
Déchets textiles

Déchets textiles.

© Copyright : DR

Textile: le juteux marché du recyclage des déchets

Par Rachid Al Arbi le 12/05/2022 à 23h53

Kiosque360. Les leviers pour atténuer l'impact écologique des textiliens sont nombreux. Cet article est une revue de presse tirée du journal Les Inspirations ECO.

aA

"Comment transformer en or les 83.200 tonnes de déchets textiles pré-consommation générés, chaque année, par l'industrie textile marocaine, sachant que le volume de ces pertes est appelé à croître?" La question que pose Les Inspirations ECO dans son édition du jour mérite d'être posée sachant qu'à horizon 2035, "l'AMITH ambitionne d'augmenter la valeur des exportations marocaines à 60 MMDH, et porter leur part sur les marchés d'Amérique du Nord et d'Europe du Nord à 20% du total des exportations".


Par déchets, le quotidien entend "les déchets pré-consommation et post-industriels, les chutes de coupe, les produits de seconde qualité, les déversements et autres déchets textiles générés par la production de textiles et de vêtements".


Il annonce dans ce cadre, la signature d'un "partenariat entre IFC - International Finance Corporation et Reciclados Tanger, une entreprise marocaine fruit de la collaboration de deux entreprises espagnoles, spécialisée dans le recyclage du textile, pour développer l’écosystème du recyclage au Maroc, rendre ce secteur stratégique plus vert et créer de nouveaux marchés".


Il évoque aussi le lancement par l'ONUDI de deux projets pilotes industriels au Maroc pour le recyclage des déchets textiles pré-consommation. Il faut dire que "les déchets textiles de pré-consommation de la chaîne de valeur du textile et de l’habillement au Maroc sont estimés à 83.200 tonnes par an, et jusqu’à 56% de ces déchets contiennent des matières à haute valeur ajoutée, comme le coton à 100% ou les déchets riches en coton".


Le journal pense que "la demande mondiale de coton et de polyester, deux des fibres les plus pertinentes pour l’industrie du textile et de l’habillement, devrait augmenter de 40% d’ici 2023". De quoi "inciter les marques mondiales de textile et de mode à analyser leurs chaînes d’approvisionnement afin d’identifier de meilleures alternatives, notamment des fibres renouvelables et recyclées, et a stimulé la demande de textiles produits de manière durable".


Pour ce qui est de la cartographie de l’écosystème des déchets textiles, le quotidien parle d'une étude qui a permis d'analyser la chaîne de valeur des déchets textiles. Il en ressort que "plus de 75% des déchets textiles pré-consommation générés au Maroc proviennent des régions du Grand Casablanca et de Tanger".


Le quotidien conseille: "Pour recycler à l’échelle industrielle sans compromettre la qualité et les coûts, les flux de déchets textiles de pré-consommation doivent être classés et organisés en fonction de leur type et de leur qualité". Et d'ajouter: "il faut aussi sensibiliser les opérateurs, à commencer par démontrer le potentiel de recyclage des fibres textiles à partir des déchets de pré-consommation". Sans oublier "la présentation des différentes étapes et modèles commerciaux de valorisation de ces déchets".