Tourisme: la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima lance son écosystème digital | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Cap Spartel

Le Cap Spartel à Tanger.

© Copyright : DR

Tourisme: la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima lance son écosystème digital

Par Ismail Benbaba le 14/01/2021 à 22h33

Kiosque360. Il s’agit d’une initiative qui vise à booster la promotion touristique dans la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Ce projet constitue un outil central pour la facilitation de l’exploration de la région, le partage de l’information touristique et la valorisation de la data.

aA

Le nouvel écosystème digital pour la promotion touristique de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima est officiellement lancé, nous apprend Aujourd’hui Le Maroc dans sa publication en kiosque ce vendredi. Notons que ce projet constitue un outil central pour la facilitation de l’exploration de la région, le partage de l’information touristique et la valorisation de la data.

 

Selon Rkia Alaoui, présidente du Conseil régional du tourisme Tanger-Tétouan-Al Hoceima, cet écosystème permettra d’une part aux voyageurs de s’informer et d’être assistés en amont et au cours de leur voyage, et d’autre part donnera aux opérateurs un accès exclusif à des données consolidées concernant les attentes, perceptions et comportements des clients émanant du Maroc et des différents pays émetteurs.

 

Aujourd’hui Le Maroc précise que ce modèle constitue un best practice en termes d’organisation digitale et d’exploitation de data. Soulignons qu’il propose une démarche originale et intégrée à 360°, répondant aux besoins du grand public tout autant que du public professionnel. Cet écosystème digital a été lancé en partenariat avec l’ONMT (Office national marocain du tourisme).

 

Force est de noter que quatre principes régissent ce projet. Il est question d’abord de la disruption technologique et l’innovation. Deuxièmement, il s’agit du principe de l’utilité à travers l’offre d’une série de solutions qui facilitent le quotidien à toutes les parties prenantes. Le troisième point porte sur la durabilité, en mettant l’accent sur des outils à même d’évoluer dans le temps. Et le dernier point concerne l’open data, que ce soit via l’exploitation directe libre de droits ou via la technologie «API» pour automatiser cette exploitation.