Un nouveau mode pour l’immobilier locatif | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Immobilier locatif
© Copyright : DR

Un nouveau mode pour l’immobilier locatif

Par Fayçal Ismaili le 12/02/2020 à 20h18

Kiosque360. Tout comme la vente, il existe le bail en état futur d’achèvement (BEFA). Une invention de la pratique et une alternative de promesse du bail qui vient répondre à un besoin croissant en matière d’immobilier professionnel locatif, notamment dans l’industrie.

aA

En réglementation immobilière, nous avons souvent tendance à plus parler de VEFA que de BEFA. Pourtant, au Maroc, la pratique existe depuis plus de 12 ans. Tout comme la vente, il existe le bail en état futur d’achèvement (BEFA). Une invention de la pratique et une alternative de promesse du bail qui vient répondre à un besoin croissant en matière d’immobilier professionnel locatif, notamment dans l’industrie. Un point sur le BEFA au service des industriels a été organisé à Casablanca, comme le rapporte le quotidien Aujourd’hui le Maroc dans son édition du 13 février.

 

Cette rencontre est initiée par LPA-Casablanca, un cabinet d’avocat spécialisé, entre autres, dans l’immobilier et le droit commercial. La finalité étant de détailler la particularité du BEFA, qui reste méconnu par une bonne partie du marché, et de présenter ses avantages et les types d’opérations y afférentes. Interrogé sur la nature juridique du BEFA, Romain Berthon, associé-gérant du bureau de Casablanca et associé du bureau de Paris de LPA-CGR avocats, indique que cette pratique puise ses fondements dans plusieurs régimes juridiques, notamment les baux industriels, les baux civils et le droit des contrats. «Ce n’est pas parce qu’on n’a pas de régime spécifique à une institution comme le BEFA que cela n’existe pas. Nous avons la chance au Maroc d’avoir un système juridique très libre qui met en œuvre un principe important, à savoir la liberté contractuelle. C’est de là que le BEFA a vu le jour et s’est imposé comme étant un outil juridique sécurisé», précise-t-il.

 

D’un point de vue technique, le BEFA permet de sécuriser à la fois le preneur et le bailleur. «Le bailleur achète le terrain et construit le bien pour les besoins du preneur. Et ce dernier reçoit en location des locaux conformes à ses besoins de qualité, de calendrier et de prix», explique M. Berthon. Et de préciser qu’ «il s’agit là de deux parties professionnelles, responsables et dont l’activité est bien structurée». La location clef en main ou ce qui est connu dans le jargon professionnel par le «fit-to-lease» est l’opération la plus courante du BEFA au niveau national. Le schéma emprunté est le suivant: l’industriel trouve un terrain. Il le fait acquérir par un investisseur souvent une foncière ou un fonds immobilier qui s’engage, pour sa part, à le construire selon le cahier des charges du preneur.