Vidéo. Al Boraq, Al Atlas, TNR, nouvelles gares, régularité...Le patron de l'ONCF fait le point | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Cover_Vidéo: Le360.ma •تعرفوا على انجازات المكتب الوطني للسكك الحديدية
© Copyright : Le360

Vidéo. Al Boraq, Al Atlas, TNR, nouvelles gares, régularité...Le patron de l'ONCF fait le point

Par Mohamed Chakir Alaoui et Yassine Benmini le 03/05/2019 à 12h43

En inaugurant la nouvelle gare de Témara, le directeur général de l'Office national des chemins de fer (ONCF) a décrit les dernières réalisations relatives au Train à grande vitesse (TGV) Al Boraq, aux liaisons "Al Atlas" ainsi qu'aux navettes rapides entre Casablanca et Kénitra, via Rabat.

aA

"Nous sommes très heureux que le TGV ait pu atteindre depuis le 16 novembre 2018, date de son inauguration par le roi, le million de voyageurs", a affirmé le patron de l'ONCF lors d'une conférence de presse.

 

Mohamed Rabie Khlie a en outre indiqué que les recettes ont largement couvert les dépenses d'exploitation de la ligne à grande vitesse, celle-ci ayant réalisé un total de 3.000 liaisons entre Tanger et Casablanca et vice-versa.

 

Le taux de régularité a été de 97,5%, celui d'occupation de 70% et celui de la vente e-Commerce n'a atteint que 15% contre l'achat par anticipation de 40%, a annoncé le directeur général de l’ONCF.

Al Boraq franchit la barre du million

 

Les trains Al Atlas, reliant Oujda à Marrakech via Fès, Meknès, Rabat, Nador, Casablanca ont transporté, en 2018, quelques 5,5 millions de voyageurs avec cette grande nouveauté: un prix de ticket commun à ces trajets à 49 dirhams seulement.

 

Concernant la nouvelle gare de Temara, Mohamed Rabie Khlie a révélé que cette station ferroviaire a coûté 36 millions de dirhams.

 

Le nombre de trains quotidiens qui s'arrêteront désormais à Témara s'élèvera à 44 au lieu de 28 actuellement, soit 16 trains de plus.

 

Concernant la gestion de l'ONCF, Mohamed Rabie Khlie a qualifié de "normal" le taux d'endettement de l'office, étant donné la lourdeur des investissements consentis.

 

L'ONCF a recours, chaque année, à des prêts de l'ordre de 2 milliards de dirhams.

 

"L'Etat nous garantit ces prêts car il nous doit des milliards de dirhams couvrant la TVA", a-t-il expliqué, affirmant n’avoir reçu jusqu'ici que cinq milliards de dirhams seulement.

 

En ce qui concerne les projets futurs de l'ONCF, son directeur général indique qu'il est toujours en discussion avec le gouvernement pour l'élaboration d'un contrat-programme, c'est à dire la définition des priorités et l'engagement de l'Etat dans le financement des projets de l'ONCF.

Les détails en images: