Vidéos. Donald Trump, niant toujours sa défaite, intervient au sommet virtuel de l'Apec, en Malaisie | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Xi Jinping - Chine - Pékin - Sommet APEC - Malaisie

Des personnes passent devant un centre commercial à Pékin, où un écran géant diffuse l'intervention du president chinois Xi Jinping en visioconférence lors du sommet de l'APEC en Malaisie, le 19 novembre 2020.

© Copyright : GREG BAKER / AFP

Vidéos. Donald Trump, niant toujours sa défaite, intervient au sommet virtuel de l'Apec, en Malaisie

Par Le360 (AFP) le 20/11/2020 à 08h31

Le président américain Donald Trump, qui continue de nier sa défaite aux élections, participe à la réunion du Forum économique Asie-Pacifique (Apec) ce vendredi, succédant à son homologue Xi Jinping qui a souligné la puissance commerciale chinoise.

aA

Le sommet, organisé par la Malaisie, se déroule en ligne cette année en raison de la pandémie de Covid-19.

 

Il rassemble les 21 pays du pourtour du Pacifique, dont les deux premières économies mondiales, les Etats-Unis et la Chine, qui représentent quelque 60% du PIB mondial.

 

En ouverture du sommet, le président Xi Jinping a présenté jeudi son pays comme le moteur du commerce mondial, et promis "d'ouvrir encore davantage les portes" de son marché national.

 

 

Pékin a vu son rôle dans l'Apec renforcé ces dernières années sous l'effet de la politique "l'Amérique d'abord" de Donald Trump et de son retrait des institutions multilatérales.

 

Le président américain n'a pas participé ces dernières semaines aux sommets avec les leaders asiatiques de l'Asean.

 

Son administration était restée floue ces derniers jours sur la participation américaine à la réunion de l'Apec mais un haut responsable américain a confirmé hier, jeudi 19 novembre, à l'AFP que le président Trump s'y exprimerait vendredi soir.

 

Il devrait s'adresser aux dirigeants du Forum au cours d'une allocution qui sera pour l'essentiel fermée aux médias, selon les organisateurs en Malaisie.

 

Donald Trump n'a pas participé aux réunions de l'Apec depuis 2017, ce qui a été perçu un Asie comme un signe de désintérêt.

 

Le président américain, qui refuse de reconnaître sa défaite face au démocrate Joe Biden, cherche avec cette intervention à "se donner une posture «présidentielle» sur la scène mondiale", a estimé Oh Ei Sun, analyste de l'Institut de Singapour pour les Affaires internationales.

 

"Trump voudra, bien sûr, saisir cette opportunité pour se présenter comme un président en exercice et en tirer des bénéfices de politique intérieure", a-t-il indiqué à l'AFP.

Trump relance la guerre commerciale avec Pékin

 

Il devrait aussi "mettre l'accent à nouveau sur le protectionnisme et le processus qui vise à empêcher la Chine de revendiquer le premier rôle dans le jeu du libre-échange".

 

Depuis le scrutin du 3 novembre, Donald Trump n'a cessé d'affirmer, sans preuve, que l'élection présidentielle américaine et le décompte des voix sont entachés de fraude. Son équipe a lancé de multiples recours en justice tandis que ses soutiens tentent de faire pression sur les responsables locaux pour qu'ils ne certifient pas les comptages des voix.

 

Le président américain a adopté une ligne dure avec la Chine pendant son mandat, en imposant à la deuxième économie mondiale une série de surtaxes douanières et de barrières à son secteur technologique alors que l'administration de Joe Biden devrait avoir une position plus nuancée envers la Chine.

 

Ce sommet de l'Apec intervient moins d'une semaine après la signature du plus vaste accord de libre-échange au monde entre la Chine et 14 autres pays d'Asie-Pacifique.

Vidéo. La Chine se renforce avec la signature d'un important accord de libre-échange panasiatique

 

Ce Partenariat régional économique global (RCEP), signé sans l'Inde ni les Etats-Unis, est perçu comme une victoire pour Pékin, à l'origine de l'initiative et une preuve de l'influence chinoise grandissante sur les règles du commerce mondial.

 

Les signataires espèrent que cet accord aidera les économies essorées par le virus à se relever et plusieurs dirigeants de l'Apec ont mis en garde contre la tentation du protectionnisme.

 

"Les échanges sont le moteur de la croissance et de la prospérité de l'Apec depuis sa création il y a 30 ans", a souligné la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern. "Face aux grands défis économiques, nous ne devons pas répéter les erreurs de l'histoire et nous réfugier dans le protectionnisme".

 

Le Premier ministre japonais Yoshihide Suga a insisté de son côté sur le fait que "définir les règles pour une économie mondiale libre et équitable était d'une importance critique".

 

 


Les précédentes réunions de l'Apec avaient été assombries par l'escalade des tensions commerciales entre Pékin et Washington. En 2018, lors du dernier sommet, les dirigeants du pourtour Pacifique ont échoué à se mettre d'accord sur une déclaration commune.