Voici le nouveau président de l’Association des pilotes de ligne | www.le360.ma

ع
Pilotes
© Copyright : AFP

Voici le nouveau président de l’Association des pilotes de ligne

Par Wadie El Mouden le 08/10/2018 à 14h16

Le bureau sortant va présenter aujourd’hui les rapports moral et financier dans le cadre d’une assemblée générale.

aA

Ouvert depuis le 24 septembre dernier, le processus électoral pour la désignation du nouveau président de l’Association marocaine des pilotes de ligne (AMPL) a pris fin vendredi dernier, le 5 octobre.


Le360 a appris que sur les 321 voix exprimées lors de ce référendum électif, la majorité des pilotes (52%) se sont prononcés en faveur du Commandant de bord (CDB) Omar Benjelloun.

 

RAM cherche commandant à bord

 

Voici les résultats définitifs communiqués aux membres de l’AMPL à l’issue du dépouillement des bulletins de vote.


Nombre de votants:        321 voix

 

Omar Benjelloun           168 voix

Hicham Falaki               137 voix
Youssef Laaroussi          99 voix
Fahd Touhami Kadiri     69 voix
Vote blanc                      1 voix
Vote nul                          7 voix

 

Salaires: combien perçoivent les pilotes de la RAM? 

 

Tous ces noms cités ci-haut étant proposés par les membres de l’association (aucun pilote n’ayant le droit de présenter sa propre candidature), la désignation du nouveau président n’est encore pas définitive. «A ce stade, il est toujours pressenti au poste de président. Omar Benjelloun doit d’abord accepter cette responsabilité et, ensuite, présenter les membres de son bureau et un plan d’action dans le cadre d’une assemblée», précise un membre de l’association.

 

Le nouveau bureau dirigeant de l’AMPL aura du pain sur la planche pour donner un nouveau souffle au dialogue avec la direction de Royal Air Maroc (RAM). Le vendredi 21 septembre dernier, les membres de l’AMPL avaient voté contre l’accord de paix sociale et salariale, paraphé avec la direction de la RAM le 14 août dernier; alors que celui-ci était censé mettre fin à une cascade de grèves et à un climat de tension qui aura duré deux ans.