Chefchaouen, la ville la plus instagrammable au monde ruinée par les amateurs de Selfies selon le Daily Mail | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Chefchaouen
© Copyright : DR

Chefchaouen, la ville la plus instagrammable au monde ruinée par les amateurs de Selfies selon le Daily Mail

Par Leïla Driss le 04/01/2020 à 13h23

C’est notamment grâce à ses murs à la tonalité bleutée inimitable que la petite ville marocaine de Chefchaouen doit sa renommée mondiale. Un succès en demi teinte pour la presse britannique qui dénonce le tourisme 2.0 qui afflue dans la ville pour prendre la pose.

aA

Dans un article consacré au phénomène qui entoure cette petite ville perchée dans les hauteurs du Maroc, le Daily Mail, publication britannique, relève que quelque 620.000 publications ont été consacrées à Chefchaouen sur Instagram et qu'«aucun signe de ralentissement» ne transparaît pour le moment.

 

Un succès sans pareil qui a pourtant un revers de la médaille. Ainsi, selon le guide de voyage Fodor que cite le Daily Mail, «la perle bleue» et ses «murs bleus éblouissants» seraient ruinés par les amateurs de selfies qui ne s’y rendent que pour se prendre en photo… et poster leurs exploits sur instagram.

 

Le guide de voyage critique ces ainsi ces «armées de touristes» qui cherchent exactement la même chose, ou plutôt la même pose, au point de craindre pour l’avenir de la ville car «la destination hors des sentiers battus a été ruinée par les Instagrammers.»

 

Un constat que ne partagent pas forcément les locaux qui voient quant à eux dans cet afflux touristique une aubaine.

 

C’est le cas notamment de cet habitant qui a transformé sa maison en «musée» et facture l’entrée à 5 dirhams.

 

Celui-ci déclarait ainsi à Business Insider plus tôt cette année: «Toutes ces personnes viennent et mettent des photos de ma maison sur Instagram, YouTube et Facebook au point qu’elle est maintenant devenue célèbre. J'ai pu réparer ma maison et avoir une entreprise grâce à cela», a-t-il ajouté.

 

Dans le même article, on relève également que les habitants ont même appris l'anglais pour mieux servir les touristes, et que certains se sont aussi essayés au chinois au vu de l’attrait de la ville pour les touristes de ce pays.