Diapo. Tourisme: 5 endroits insolites et mystérieux à découvrir au Maroc | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Rucher

Le rucher d’Inzerki, le plus grand rucher traditionnel au monde.

© Copyright : DR

Diapo. Tourisme: 5 endroits insolites et mystérieux à découvrir au Maroc

Par Leïla Driss le 18/07/2020 à 12h31

Le Maroc regorge de richesses, mais aussi de mystères. En témoignent ces cinq lieux absolument incroyables et insolites, encore méconnus du grand public.

aA

La source des poissons sacrés de Tinghir

 

 

 

 

Source des poissons sacrés

La source des poissons sacrés de Tinghir.

© Copyright : DR

 

 

 

 

Il est une source d’eau chaude où les poissons abondent et qu’il est strictement interdit de pêcher. Ces poissons sont entourés d’une légende qui perdure à travers les siècles et qui leur confère un caractère sacré.

Selon cette légende, un homme assoiffé aurait vu jaillir une source de la pierre après avoir frappé un rocher avec son bâton. Un deuxième coup porté au rocher en aurait fait jaillir des poissons. L’eau de cette source magique, fertile en poissons, guérirait également les femmes infécondes…

Située à côté du village de Tinghir, entre Ouarzazate et Errachidia, cette source mystérieuse se trouve des profondes gorges de la vallée de Toudra.



Habs Kara, l’ancienne prison souterraine

 

 

 

 

Prison de Kara 1

Prison de Kara

© Copyright : DR

 

 

 

 

A Meknès, Habs Kara est un véritable labyrinthe qui s’étend sous les rues de la ville. Située dans l’enceinte de la kasbah ismaélienne, cette ancienne prison bâtie sous le règne du Sultan Moulay Ismaïl et située à proximité du mausolée de ce roi, regorge de légendes.

Elle serait l’œuvre d’un prisonnier portugais, du nom de Kara, qui aurait racheté sa liberté au sultan en échange de la construction d’une prison pouvant contenir plus de 40.000 prisonniers et s’étendant sur des centaines de kilomètres de surface souterraine, jusqu’à Taza.
Appelée aussi "prison des chrétiens", elle doit ce nom au fait que Moulay Ismail y enfermait les prisonniers de guerre chrétiens au temps de la piraterie.

Pour pénétrer dans cette prison à peine visible de l’extérieur, il faut descendre un mince escalier adjacent à un petit pavillon avant de pénétrer dans un monde souterrain obscur où il est facile de se perdre.

 


Le rucher d’Inzerki, le plus grand rucher traditionnel au monde

 

 

 

 

Rucher

Le rucher d’Inzerki, le plus grand rucher traditionnel au monde.

© Copyright : DR

 

 

 

 

Faite de terre, de pierre et de bois, la «taddart» d’Inzerki située dans la région d’Agadir est considérée comme le plus grand et le plus ancien rucher traditionnel au monde. Il rassemblait à ce titre toutes les ruches des apiculteurs de la région.

L'endroit a été plusieurs fois restauré depuis sa construction en 1850 et à cette époque, on dit que le bruit des abeilles dans la ruche était si fort que leur bourdonnement incessant pouvait s’entendre à des kilomètres à la ronde. Chaque casier pouvant alors abriter jusqu’à 50.000 abeilles soit, au moment de l’activité maximale du rucher, 150 millions d’abeilles… le bruit était impressionnant.



Le bassin de Win Timdouine

 

 

 

 

Bassin de Win Timdouine

Bassin de Win Timdouine

© Copyright : DR

 

 

 

 

Dans le Haut Atlas, à proximité d’Agadir, se trouve le bassin de Win Timdouine. Outre le panorama à couper le souffle qui s’offre au visiteur, le fait de pouvoir se baigner dans un bassin naturel à flanc de montagne et pour le moins inédit.

Perché à 1.600 mètres d’altitude, le bassin de Win Timdouine, qui signifie en amazigh "grotte des lacs", est un endroit peu connu qui vaut le détour.

 

La mosquée octogonale de Figuig

 

 

 

 

mosquée figuig

La mosquée octogonale de Figuig.

© Copyright : DR

 

 

 

 


Véritable joyau architectural, la mosquée de Figuig a été construite au 5e siècle de l’hégire (XIe siècle). Fondée par les descendants de Abderrahmane El Idrissi, connu sous le nom d’El Ouadghiri ben Ali, cette mosquée pas comme les autres dispose d'une base carrée de 4,5 m de côté, laquelle adopte une forme octogonale à partir de 5,2 m de hauteur.

Le minaret, qui culmine à 19 mètres, est recouvert de plaques de calcaire, d’argile jaune et de créneaux décoratifs. A l’intérieur, celui-ci est recouvert d’argile grise et s’articule autour d’une colonne prismatique. Sa forme octogonale constitue une véritable prouesse architecturale compte tenu des moyens de construction limités à cette époque et témoigne de la richesse historique et civilisationnelle de la région de l’Oriental et du génie créatif des Figuiguis de cette période.