Vidéo. 365 DNI: le film érotico-sexuel le plus regardé par les Marocains sur Netflix | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
365 DNI

365 DNI.

© Copyright : DR

Vidéo. 365 DNI: le film érotico-sexuel le plus regardé par les Marocains sur Netflix

Par Leïla Driss le 03/07/2020 à 15h26

Que regardent les Marocains sur Netflix? De quoi raffolent-ils particulièrement? A en croire le classement des films les plus vus sur la plateforme, il s’agit de «365 DNI», un film romantico-torride, qui tient visiblement nos compatriotes en émoi.

aA

«Fifty shades of Grey? Ce n’est rien en comparaison à 356 DNI!», s’exclame Khadija, trentenaire aussi enthousiaste que frémissante et absolument accro à ce drame érotique… polonais –oui, ça surprend–, qui mélange allègrement, dans un même shaker, romance, sexe, brutalité, beaucoup de virilité et bien sûr un jet privé, un yacht, une demeure grandiose, et tout le luxe qui va avec.

 

Côté pitch, on reprend les bons vieux classiques qui fonctionnent toujours aussi bien. Laura, businesswoman polonaise, s’offre des petites vacances en Sicile en compagnie de son chéri et de quelques amis pour fêter son anniversaire. Mais les choses ne se déroulent pas comme prévu et Laura se fait kidnapper par un riche et très séduisant, et très musclé, et très viril, mafieux, Massimo, qui semble tout droit sorti d’une pub Armani.

 

Le tortionnaire italien, -qui prononcera cette phrase mythique qui risque d'entrer dans les annales du cinéma selon le petit monde d'Instagram: «are you lost baby girl?», -lui ordonne alors de tomber amoureuse de lui.

 

Pour relever ce défi, ô combien difficile, la jeune Laura a 365 jours devant elle.

 

On vous laisse deviner la suite… Petit indice, Laura n’a décidément pas beaucoup de volonté. A moins qu’elle ne souffre du syndrome de Stockholm.

 

 

Cela étant dit, le film qui cartonne sur Netflix se heurte également à une grosse polémique à travers le monde.

 

Pourquoi tout ce brouhaha? Parce que beaucoup y voient une apologie de la culture du viol et dans les scènes de sexe, de la pornographie à peine voilée.

 

Car Massimo a beau être beau comme un dieu grec et riche comme Crésus, il n’en demeure pas moins que c’est un kidnappeur.

 

Et que le sexe brutal qui est ici donné à voir donne une vision fantasmée d’un acte contraint et a cette tendance dérangeante à impliquer que «non», ça veut dire «oui».

 

Au Maroc toutefois, nous sommes visiblement très très loin de cette polémique. Mieux encore, on raffole encore plus de Massimo, Michel Morrone de son vrai nom, depuis que celui-ci a annoncé sur son compte Instagram qu’il adorerait venir au Maroc et visiter Casablanca.

 

La réponse de ses fans marocaines ne s’est pas faite attendre: «ouvrez les frontières!», se sont empressées de réagir certaines sur Instagram.

 

Au diable, les féministes et la distanciation sociale par la même occasion!