Vidéo. Alarmant: quand des esthéticiennes se substituent aux médecins | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Cover_Vidéo: صالونات الحلاقة والتجميل بأكادير تتحول إلى عيادات طبية خطيرة
© Copyright : Le360

Vidéo. Alarmant: quand des esthéticiennes se substituent aux médecins

Par Mohand Oubarka le 28/12/2020 à 16h01

A Agadir, des salons de coiffure et de beauté proposent des soins médicaux ne relevant aucunement de leurs prérogatives. Les médecins de la capitale du Souss tirent la sonnette d’alarme. Reportage.

aA

Des personnes opérant dans des salons de coiffure et de beauté qui prodiguent des soins médicaux, il n’y a qu’un pas que certains ont franchi dans la capitale du Souss. Une situation «incongrue» qui indigne les professionnels de la santé.   

 

La Dr. Ghita Guennouni Assimi, dermatologue, affirme devant Le360 avoir reçu des patients ayant souffert des désagréments de ces pratiques qui ne répondent pas aux normes médicales.

 

Elle pointe surtout le micro-tatouage des sourcils de plus en plus en vogue dans des salons de coiffure et de beauté. «Mais le hic, dit-elle, est quand les clientes ne sont pas satisfaites du résultat et décident de faire du tatouage. Là, les dégâts sont énormes.» 

Vidéo. Agadir: le coronavirus a mis à mal les esthéticiennes

 

Preuve à l’appui, cette dermatologue énumère les complications causées par ces pratiques, dont certaines ne peuvent être réparées. Et de s’interroger surtout sur la fiabilité des moyens et matériels utilisés. «Ces moyens sont-ils certifiés? Les patients font-ils l’objet d’un suivi», s’interroge-t-elle.

 

Propriétaire d’un salon de coiffure et de beauté, Sofia Azzaoui, reconnaît que nombre de ses pairs prodiguent des soins de beauté à des clientes. Elle leur reproche leur manque de formation et d’information, en citant des cas de personnes ayant souffert de telles interventions.

 

Le phénomène a pris une telle ampleur que l’Association des médecins spécialisés en dermatologie et vénérologie du Sud est montée au créneau pour demander aux autorités compétentes et au ministère de tutelle de mettre fin à ces pratiques illégales.