Vidéo. Casablanca: les animaux de compagnie et leur nutrition, au temps du coronavirus | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Cover_Vidéo: بائعو الحيوانات الأليفة يكشفون مدى إقبال زبنائهم خلال فترة الطوارئ
© Copyright : Le360

Vidéo. Casablanca: les animaux de compagnie et leur nutrition, au temps du coronavirus

Par Khadija Sabbar le 20/09/2020 à 16h34

Près de Hay Hassani, dans la grande banlieue de Casablanca, le commerce des animaux de compagnie et leur nutrition s’adapte tant bien que mal à la crise sanitaire. Les clients ne se bousculent pas, mais leur nombre n’est pas non plus préjudiciable à cette activité. Reportage.

aA

En des temps difficiles de crise sanitaire, le commerce des animaux de compagnie et leur nutrition ne bat pas son plein, mais il ne souffre pas non plus de l’absence de clients. Mais cela dépend surtout du type d'animal de compagnie, et de son pedigree, plus ou moins prisé. 

 

Ce commerçant, rencontré à Hay Hassani, explique que les clients sont nombreux à venir se procurer de la nourriture adaptée à leurs animaux de compagnie. D’autres n’oublient pas les chats et chiens errants présents dans leur quartier ou à proximité de leur habitation, qu’ils nourrissent régulièrement, en toute générosité.

 

Pour les prix des animaux, notre interlocuteur avance qu’ils «sont à la baisse. C’est le cas lors de chaque saison estivale». Quant aux animaux de compagnie les plus prisés actuellement par les clients, ce sont les chats, affirme-t-il. 

Vidéo. Covid-19: à Casablanca, des bijoutiers au bord de la faillite, l’or ne brille plus 

 

Moins enthousiaste, cet autre commerçant explique que la nourriture est largement disponible, mais que les clients se font rares. «Avant la coronavirus, cela marchait très bien. Mais aujourd’hui, c’est couci, couça», dit-il.

 

Quant aux aliments qui s'écoulent le plus, ce sont les croquettes pour chats et chiens. «Ceux pour oiseux trouvent rarement preneur.»

 

Rencontré sur les lieux, ce jeune Casablancais, féru d’oiseaux en cage, se réjouit que le prix de leurs aliments est à sa portée. «15 dirhams le kilo, cela me suffit à nourrir trois oiseaux pendant une semaine, explique-t-il. Et en plus, je peux varier avec d’autres aliments comme les carottes».