Algérie, Espagne, États-Unis, France… Voici les batailles diplomatiques gagnées par Rabat, selon El Pais | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale (MAECI)

Siège du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale (MAECI). 

© Copyright : DR

Algérie, Espagne, États-Unis, France… Voici les batailles diplomatiques gagnées par Rabat, selon El Pais

Par Rahim Sefrioui le 07/06/2021 à 13h23 (mise à jour le 09/06/2021 à 13h23)

Depuis des mois, le Maroc mène un bras de fer diplomatique avec l'Allemagne et surtout avec l'Espagne au sujet du «Sahara occidental», rapporte ce lundi 7 juin 2021, le quotidien espagnol El Pais dans un article de son correspondant au Maroc, Francisco Peregil.

aA

En mars dernier, le Maroc a suspendu ses contacts avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat et en mai, il a rappelé son ambassadeur à Berlin. L'Espagne et l'Allemagne se sont montrées favorables à la recherche d'une solution au conflit du Sahara "mutuellement acceptable" par les parties et dans le cadre de l'ONU. Toutefois, cette réponse ne satisfait pas Rabat, indique le journal.

 

«En principe, le Maroc semble être la partie la plus faible, mais il a remporté des batailles importantes sur la scène internationale», écrit El Pais.

 

Contre l'Espagne

En août 2018, Rabat a fermé le poste de douane de Beni Enzar, à la frontière avec Melilla, sans la moindre protestation de Madrid. En juin 2020, le Roi et la Reine d'Espagne ont visité toutes les communautés autonomes du pays après l'état d'alerte, à l'exception des villes autonomes de Sebta et Melilla, afin que le voisin du sud, qui les considère comme des "présides occupés", ne se sente pas contrarié.

Comment le Maroc a déjoué le plan de l'Espagne et de l'Algérie pour rapatrier Ghali à bord d’un avion officiel algérien

 

En janvier de la même année, le Maroc a validé deux lois pour étendre la délimitation de ses eaux territoriales. Sur toutes ces questions, la diplomatie espagnole se limite à assurer que les relations sont excellentes. Le dernier conflit en date a été l'entrée de 8.000 émigrants à la nage à Sebta.

 

Contre les États-Unis

En avril 2013, sous la présidence de Barack Obama, la délégation américaine aux Nations unies a cherché à intégrer un système de surveillance des droits de l'homme dans la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso). Le Roi du Maroc a ensuite ordonné l'annulation des manœuvres militaires conjointes. La fin de la crise a eu lieu sept mois plus tard, lorsque le roi Mohammed VI est reçu à la Maison Blanche. Le soutien que Rabat a reçu de la France et de l'Espagne a été décisif dans cette lutte contre Washington.

Sahara marocain: à l’ONU, Omar Hilale dénonce l’aveuglement de l'Afrique du Sud et ses accointances avec le Polisario

 

Contre le Front Polisario et son grand protecteur, l'Algérie

Le Maroc a réussi à obtenir de l'ONU l’élimination de l’expression "référendum" de ses résolutions depuis 2007, lorsqu'il a présenté sa proposition d'autonomie pour le Sahara Occidental. Chaque bataille gagnée à l'ONU est une victoire sur l'Algérie, puisque c'est ce pays qui défend les intérêts du Front Polisario, qui n'a aucune représentation aux Nations unies.

Tribune. À Monsieur le président de la République algérienne

 

Haizam Amirah Fernández, chercheur à l'Institut royal Elcano, estime qu’il ne semble pas que la décision de Trump de reconnaître la souveraineté marocaine sur le Sahara ait été un tournant. De plus, les batailles menées par le Maroc ont porté atteinte à son image comme partenaire.

 

Contre la France

Le roi Mohammed VI a suspendu la coopération sécuritaire avec la France au moment où, écrit El Pais, le policier le plus puissant du pays, Abdelatif Hammouchi. La France a finalement annoncé qu'elle décorait Hammouchi de l'ordre d'officier de la Légion d'honneur.

 

Enfin, contre la Suède

En 2015, la mairie de Casablanca a empêché l'ouverture d'Ikea à la périphérie de la ville sous prétexte que l'entreprise ne disposait pas d'un "certificat de conformité".

 

La véritable raison était que la Suède envisageait de reconnaître la République arabe sahraouie démocratique comme un Etat. Après trois mois de boycott, le gouvernement suédois a finalement retiré son projet. Le magasin a ouvert.