Le360 Actualités Maroc

ع
Julien Dray - parti socialiste français

Julien Dray lors d'un meeting partisan, en avril 2016, à Paris.

© Copyright : JOEL SAGET / AFP

«Des lobbys en France n’acceptent pas que le Maroc réussisse», accuse un responsable du parti socialiste français

Par Rahim Sefrioui le 04/10/2021 à 16h00

Les réussites du Maroc dérangent certains lobbys en France, accuse Julien Dray, membre de la direction du Parti socialiste dans une interview diffusée ce lundi 4 octobre 2021, par le site marocain Atlas Info.

aA

«Le Maroc réussit trop bien et fait beaucoup de jaloux», déclare Julien Dray, membre du bureau politique et président de la cellule prospective du Parti socialiste français, à nos confrères du site Atlas Info. «Il y a toute une série de lobbys en France qui n’acceptent pas que le Maroc réussisse et qui essaient en permanence d’empêcher sa réussite et d’envenimer la relation entre le Maroc et la France», accuse ce responsable politique français qui porte également un regard critique sur le traitement de l’actualité marocaine par les médias de l’Hexagone. 

 

«La passivité des médias français face aux extraordinaires changements que connaît le Maroc n’est pas justifiée. On peut même parler d’animosité des médias français à l’égard du Maroc», explique Julien Dray. «A partir de là, poursuit le responsable du PS, on essaie de monter des cabales contre le Maroc en permanence qui ne sont pas justifiées, ni fondées».

Restriction des visas vers la France pour les Marocains: les Français du Maroc réagissent à cette annonce

 

Julien Dray ajoute que «le Maroc s’affirme de plus en plus politiquement et économiquement, prend une place de plus en plus importante en Afrique, gère bien la crise du Covid… Cela ne plaît pas à tout le monde».

 

Et de préciser que «cette approche négative n’est acceptable ni supportable. Aujourd’hui, le Maroc est la référence dans la région». «Il faut mettre en avant ce modèle marocain qui marche et le Maroc a la chance d’avoir un Roi extraordinaire qu’il faut saluer», conclut Julien Dray.