Rétro 2018. Le TGV marocain, l'un des événements qui ont marqué le continent africain | www.le360.ma

ع
Le roi Mohammed VI et le président français Emmanuel Macron lors de l'inauguration du TGV Al Boraq, le jeudi 11 novembre à Tanger.

Le roi Mohammed VI et le président français Emmanuel Macron lors de l'inauguration du TGV Al Boraq, le jeudi 15 novembre à Tanger.

© Copyright : MAP

Rétro 2018. Le TGV marocain, l'un des événements qui ont marqué le continent africain

Par Le360 (avec MAP) le 31/12/2018 à 13h57

Le TGV marocain, inauguré en novembre dernier, est l’un des événements qui ont marqué le continent africain en 2018, affirme lundi le journal Le Monde.

aA

Le journal français revient dans un article sous le titre «Ce qu’il faut retenir de l’année 2018 en Afrique», sur les événements phares qu’a connus le continent durant l’année qui tire à sa fin.

 

« C’est une première sur le continent. Un train à grande vitesse a été inauguré en novembre au Maroc (…) et permettra de diviser par deux le temps de trajet entre les deux poumons économiques du Maroc, Tanger et Casablanca », souligne le Monde, affirmant qu’avec cette infrastructure, « le Maroc passe à la grande vitesse ».

 

Vidéo. Exclusif: en tête-à-tête avec Rabie Khlie, l'artisan d'Al Boraq, le TGV marocain

 

Inauguré le 15 novembre à Tanger par SM le Roi Mohammed VI et le Président français, Emmanuel Macron, le train à grande vitesse Al Boraq, qui a mobilisé des investissements de l'ordre de 22,9 milliards de dirhams, constitue un projet inédit au Maghreb et sur tout le continent africain.

 

Parmi les autres événements qui ont marqué le continent en 2018, le journal cite notamment création de la zone de libre-échange continentale (ZLEC), adoptée en mars dernier, lors d’un sommet de l’Union africaine (UA) à Kigali, avec l’espoir d’accélérer le commerce intra-africain, l’attribution du prix Nobel de la paix à Denis Mukwege, gynécologue obstétricien et militant des droits humains, spécialisé dans la gynécologie réparatrice pour les victimes de viols, et la décision de la France de restituer à l'Afrique ses oeuvres d'art.