Vidéo. Covid-19: comment le Maroc se positionne dans la relocalisation industrielle qui s'amorce, selon Arte | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Masques sanitaires Casablanca

Etape du conditionnement, dans une usine de production de masques sanitaires à Casablanca. 

© Copyright : DR

Vidéo. Covid-19: comment le Maroc se positionne dans la relocalisation industrielle qui s'amorce, selon Arte

Par Le360 (avec MAP) le 17/05/2020 à 09h09 (mise à jour le 17/05/2020 à 09h15)

Érigé en modèle dans sa gestion de la crise sanitaire du Coronavirus, le Maroc se lance désormais dans l'exportation des masques et veut devenir un des grands gagnants du mouvement de relocalisation industrielle qui s’amorce, affirme la chaîne de télévision franco-allemande Arte.

aA

«Considéré comme un modèle, le Maroc se lance désormais dans l'exportation des masques devenue un symbole du savoir-faire du pays», souligne mercredi la chaîne de télévision franco-allemande dans son JT, avec un focus sur «un pays qui s'est démarqué en produisant des masques aussi vite que massivement».

 

Selon Arte, «avant même que la pandémie ne soit déclarée par l’OMS, le Royaume a mobilisé son appareil industriel pour produire massivement les masques».

 

«Désormais autosuffisant et disposant d’un stock de sécurité, le Maroc commence à exporter à des tarifs pas forcément plus élevés que la concurrence chinoise», relève Arte, qui affirme, citant Ali Badaa, Directeur général d’une usine de textile médical à Casablanca, que le Royaume a été sollicité par des pays comme l’Espagne, la Suède, la Belgique, la France, l’Italie et l’Allemagne.

 

Avec douze millions de masques produits par jour, le Maroc sait que les projecteurs sont désormais braqués sur lui. Erigé en modèle, le Royaume entend bien profiter de cette notoriété, souligne la chaîne de télévision.

Comment la gestion du Coronavirus au Maroc est devenue un sujet de politique intérieure en France

 

«Le Maroc est capable de faire bien plus que les masques, des choses extrêmement plus complexes», confie le ministre de l'Industrie, du commerce et de l'économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy à la journaliste d’Arte, notant que «le Royaume est en mesure d’offrir avec ses ingénieurs et sa matière grise un accompagnement pour bien des pays».