Armement: l'Iran dévoile son premier avion de combat | www.le360.ma

ع
Rohani Kowsar avion de chasse

Le président Hassan Rohani inspectant le Kowsar, un avion de chasse 100% made in Iran.

© Copyright : DR

Armement: l'Iran dévoile son premier avion de combat

Par Le360 (AFP) le 21/08/2018 à 08h57 (mise à jour le 21/08/2018 à 09h58)

L'Iran a dévoilé mardi son premier avion de combat à l'occasion d'une parade militaire à Téhéran, selon des images diffusées par la télévision d'Etat.

aA

La télévision a montré le président Hassan Rohani assis dans le cockpit de l'avion baptisé "Kowsar" lors de la journée nationale de l'Industrie de la Défense. Selon l'agence de presse iranienne Tasnim, cet avion de chasse, de fabrication 100% iranienne, dispose d'équipements techniques "de pointe", dont des radars polyvalents. L'appareil a été testé avec succès et une démonstration de vol devrait avoir lieu.

 

Le ministre de la Défense Amir Hatami avait annoncé cet évènement samedi, affirmant que son pays cherchait à améliorer ses capacités balistiques pour répondre aux "menaces" d'Israël et des Etats-Unis, ses ennemis jurés. "Nos ressources sont limitées", mais "nous mettons à niveau nos missiles en fonction des menaces et des actions de nos ennemis, comme moyen de dissuasion ou de riposte dévastatrice", avait-il dit.

USA Vs Iran: contre propos guerriers de Rohani, menaces apocalyptiques de Trump 

 

Pendant des années, la République islamique d'Iran avait été mise au ban des nations en raison de son programme nucléaire controversé et son économie avait été asphyxiée par les sanctions internationales, avant la conclusion en 2015 d'un accord bridant ce programme et permettant la levée progressive des sanctions. Mais après l'arrivée au pouvoir en 2017 aux Etats-Unis de Donald Trump, hostile à l'Iran, le président américain a décidé en mai dernier de se retirer de l'accord nucléaire et il a unilatéralement rétabli le 7 août des sévères sanctions à l'encontre de l'Iran.

 

Malgré les sanctions, Trump a dit qu'il restait "ouvert" à un "accord plus global qui concernerait l'ensemble des activités néfastes (de l'Iran), y compris son programme balistique et son soutien au terrorisme".