Le360 Actualités Maroc

ع
gabon
© Copyright : DR

Gabon: un contrat de 5,3 milliards de francs CFA pour les PME locales

Par Ismail Benbaba le 19/11/2015 à 20h33

C’est un soulagement pour plusieurs petites et moyennes entreprises impliquées dans la réfection des bâtiments publics au Gabon. En effet, la Direction générale du budget et des finances publiques (DGBFIP) a décidé de donner des contrats d’une valeur de 5,3 milliards de francs aux PME.

aA

Cette décision de la DGBFIP s’inscrit dans le cadre de la facilitation de l’accès à la commande publique, précise alibreville.com dans sa publication du 18 novembre. Ainsi, les différents marchés octroyés concernent la réfection de plusieurs bâtiments, notamment des écoles, des dispensaires et des logements des agents de l’Etat sur l’ensemble du territoire national. Au total, il s’agit de 63 marchés pour un montant de plus de 5,3 milliards de francs CFA.

 

Selon un responsable de la DGBFIP, seuls les dossiers régulièrement constitués peuvent bénéficier des marchés octroyés. «Il fallait pour les candidats être à jour aussi bien sur le plan fiscal que social, sans quoi il n’y a pas de convention. C’est pourquoi, certaines PME qui ont eu des marchés sans dossiers complets n’ont pas vu le montage des conventions», a expliqué le responsable, ajoutant que l’Etat attend de ces PME une prestation de qualité.

 

alibreville.com souligne que dans ce sens, le directeur exécutif de la DGBFIP, Charles Mondjo, a assuré que l’enveloppe globale qui prendra en charge l’ensemble des contrats sera mobilisée. «Nous procédons par étape. Nous sommes là dans une première phase. Nous prenons en charge l’ensemble des avances de démarrage pour permettre de lancer les travaux, d’avoir un peu de souffle au niveau de vos trésoreries», a-t-il laissé entendre. «Pour la suite, les fonds sont sécurisés. Il n’y a aucune inquiétude à se faire. Tout ce qui a été engagé en partie sera en totalité soldé», a assuré le directeur exécutif de cet organisme public.

 

De son côté, Mbira Mba, directeur du contrôle du service fait et de l’exécution des marchés, a rappelé aux titulaires des marchés que la DGBFIP ira sur le terrain pour le suivi des travaux. Il a notamment expliqué qu’il s’agira de vérifier si les PME ayant eu ces marchés respectent l’ensemble des dispositions contractuelles. Selon lui, le deuxième objectif est de vérifier la qualité des travaux selon le cahier des charges, et enfin le coût. «On ne paiera que ce qui aura été réellement exécuté», a conclu Mbira Mba.