Ihssane Leckey, la Marocaine qui se présente au Congrès américain pour représenter les immigrants musulmans | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Ihssane Leckey

Ihssane Leckey. 

© Copyright : DR

Ihssane Leckey, la Marocaine qui se présente au Congrès américain pour représenter les immigrants musulmans

Par Zineb Ibnouzahir (@ZinebIbnouzahir) le 04/02/2020 à 15h27

Vous ne la connaissez peut-être pas, mais cette Marocaine qui se bat sur tous les fronts de l’injustice sociale aux Etats-Unis pourrait bien faire une entrée fracassante au Congrès américain.

aA

A 34 ans, Ihssane Leckey a quitté son emploi de régulateur de Wall Street à la Réserve fédérale en octobre 2018, et a officiellement lancé sa campagne en mai 2019 pour devenir la première représentante du 4e Congrès du Massachusetts, en tant qu'immigrée, musulmane et femme.

 

Un parcours de combattante

Ihssane Leckey, 34 ans, se qualifie de «survivante» et de «combattante» et au vu de son incroyable parcours, ces deux mots sont à propos pour la décrire.

 

Née au Maroc, d’un père professeur à l’école publique et d’une mère agricultrice, elle perd son père, décédé des suites d’un AVC, à l’âge de 13 ans.  

 

Cette figure paternelle la marquera à jamais et l’inspirera dans ses futurs combats. «Il allait dans les fermes éloignées des écoles et parlait aux familles de l’importance de s’assurer que leurs filles aillent à l’école, en leur expliquant que cela se répercuterait positivement sur l’agriculture et le travail de développement durable», se souvient-elle dans les colonnes du magazine Teen Vogue.

 

Du Maroc, elle ne garde pas que de bons souvenirs. Elle subit ainsi des violences sexuelles au cours de son enfance et un avortement clandestin à l’âge de 17 ans, qui la traumatisera à jamais.

 

A 20 ans, elle déménage aux Etats-Unis. Elle contracte des prêts, travaille comme serveuse, et fréquente assidument le Borough of Manhattan Community College avant de poursuivre ses études à l'Université de Boston.

 

Elle s’implique immédiatement dans la vie du campus et la vie associative en rejoignant par exemple les volontaires partis reconstruire les maisons en Lousiane, un an après le passage de l’ouragan Katrina. «Ce fut une expérience formidable, se souvient-elle. J'ai vraiment vu ce que le changement climatique pouvait faire aux communautés. Les gens ont tout perdu.»

 

Elle décide alors de s’investir davantage pour les autres et rejoint l'Unicef en tant qu'ambassadrice universitaire, avec pour objectif de se focaliser sur l'éducation des filles en Afrique.

 

A la suite de ses études supérieures, elle occupe plusieurs postes dans le domaine des politiques et de la réglementation, et travaille bénévolement pour les banques alimentaires de Philadelphie.

Un nombre record de femmes au Congrès américain

 

Les premiers pas dans la politique

Depuis son arrivée aux Etats-Unis, Ihssane Leckey a accomplis un sacré bout de chemin. Maman, épouse, immigrante, survivante, socialiste démocrate, militante pour la justice raciale et sociale et régulateur de Wall Street comme elle aime à se décrire, elle accomplit maintenant ses premiers pas en politique.

 

Un nouvel engagement qui prend forme avec l'interdiction de voyager de l'administration Trump, qui visait principalement les pays à majorité musulmane, ainsi que les politiques de séparation des familles à la frontière américano-mexicaine.

 

Toutefois, la jeune femme précise qu’une carrière en politique n'est pas ce qu'elle ambitionne, avec sa candidature au Congrès. C’est la justice qu’elle recherche, déclare-t-elle.

 

Un beau jour, elle a eu ce déclic: elle pouvait continuer à se battre pour les droits des survivants et des personnes sous-représentées comme elle, en s'engageant en politique. «J'ai choisi d'être combattante», conclut-elle, en expliquant «c’est ce que font les immigrants. Nous arrivons ici et nous nous mettons au travail.»

 

La justice pour tous

Son plan d’action a un nom, «programme de justice», et des objectifs précis: une couverture médicale pour tous, la réduction de la violence armée et des incarcérations de masse, la justice raciale, autochtone et de genre, la justice pour les personnes handicapées, et bien plus encore.

 

Son programme en matière de justice vise ainsi à revigorer la démocratie, «en donnant la priorité aux voix et aux besoins des marginalisés et en protégeant les personnes vulnérables», déclare celle qui se voit comme une «progressiste sans vergogne».

 

Dans le Massachusetts, les primaires de l'Etat, démocrate, de 2020 sont prévues pour le 1er septembre. Lorsque Ihssane Leckey a annoncé sa campagne pour la première fois, elle courait pour déloger un certain Kennedy, rejeton d'une prestigieuse lignée, qui occupe le siège du 4e district du Massachusetts depuis 2013, précise le magazine Teen Vogue.

 

«Ce qu'on m'a dit, c'est que personne ne court contre un Kennedy. Mais ce n'est pas démocratique», affirme celle qui taxe au passage son rival de «démocrate d’entreprise, qui n’est pas un vrai leader pour le district».

 

Ihssane Leckey a accumulé quant à elle de solides soutiens depuis l'annonce de sa candidature. En décembre 2019, Nika Elugardo, une représentante de l'État du Massachusetts pour le 15e district du Suffolk, a approuvé sa candidature, applaudissant son engagement envers l'injustice et sa conviction que le peuple américain peut la surmonter.

 

«C'est incroyablement convaincant de voir comment elle transforme si constamment la souffrance en pouvoir, non seulement pour elle-même, mais pour d'autres qui souffrent également», a déclaré Nika Elugardo à Teen Vogue, se disant aussi ébloui qu'inspiré par la jeune femme.

 

Plus tard, au cours de ce même mois de décembre 2019, la vice-présidente du Parti démocrate de l'Arizona, Brianna Westbrook, a elle aussi soutenu la candidate marocaine.

 

Une candidate à suivre et à soutenir.