Le360 Actualités Maroc

ع
Attentats de Paris

Des victimes allongées sur le sol après les attaques terroristes le 13 novembre 2015 à Paris.

© Copyright : DR

"L'enfer" à Paris: au moins 120 morts dans des attaques terroristes sans précédent

Par Le360 (AFP) le 14/11/2015 à 08h23 (mise à jour le 14/11/2015 à 09h56)

"C'était l'enfer": Paris se réveille dans un état de sidération ce samedi, quelques heures après des attaques terroristes sans précédent qui ont fait au moins 120 morts et 200 blessés, avec pour la première fois en France des actions kamikazes.

aA

Huit assaillants sont morts, dont sept en se faisant exploser, dans cette série d'attentats perpétrés à Paris dans la salle de concerts du Bataclan, dans plusieurs rues au coeur de la capitale, et près du Stade de France. Ces attaques n'avaient pas été revendiquées samedi à l'aube. Au Bataclan, théâtre de l'attaque la plus sanglante avec un bilan provisoire de 82 morts, "on entendait hurler, tout le monde essayait de fuir, les gens se piétinaient... C'était l'enfer", ont relaté des témoins.

 

L'ampleur de cette tragédie a semé l'effroi dans la capitale, à peine plus de deux semaines avant la conférence sur le climat (COP21) au Bourget, au nord de Paris, où sont attendus des dizaines de chefs d'Etat et de gouvernement.

 

Au total, au moins 120 personnes ont été tuées et plus de 200 blessées, dont 80 grièvement, selon une source proche de l'enquête.

 

Le parquet a ouvert une enquête pour assassinats en relation avec une entreprise terroriste sur ces attaques, les plus meurtrières en Europe occidentale de ces quarante dernières années après les attentats de Madrid en mars 2004. L'enquête devra établir s'il y a encore "des complices ou coauteurs dans la nature", a dit le procureur de Paris, François Molins.

 

"La guerre en plein Paris", titre Le Figaro de samedi. "Cette fois, c'est la guerre", renchérit Le Parisien, dix mois après une vague d'attentats à Paris qui avaient suscité une réaction inédite avec des manifestations contre le terrorisme réunissant plusieurs millions de personnes en France.

 

Quatre des assaillants sont morts au Bataclan, dont trois en actionnant une ceinture d'explosifs, le dernier étant tué lors de l'assaut des forces de l'ordre. Trois kamikazes sont morts au Stade de France, et un autre boulevard Voltaire. Au Bataclan, l'assaut des forces de l'ordre a été décidé "très vite parce qu'ils tuaient tout le monde", a confié une source proche de l'enquête. Les auteurs de cette attaque ont invoqué l'intervention française en Syrie pour justifier leur action, a relaté un témoin à l'AFP.

 

Samedi un peu avant l'aube, des équipes de la police scientifique continuaient de s'affairer devant l'établissement culturel, près de corps recouverts de draps blancs. François Hollande s'est rendu dans la soirée au Bataclan, où il a affirmé que "le combat serait impitoyable" contre "la barbarie".

 

Auparavant, dans une allocution télévisée, le chef de l'Etat avait déclaré l'état d'urgence dès minuit "sur le territoire métropolitain et en Corse", d'après le décret paru au Journal officiel. "C'est une horreur", "des attaques terroristes sans précédent", a-t-il lancé. L'Elysée a annoncé la mobilisation de "1.500 militaires supplémentaires" et le renforcement des contrôles aux frontières.

 

«En plein dans la foule»
En tout, six attaques quasi simultanées ont été menées dans autant de sites, principalement dans les Xe et XIe arrondissements, avec de lourds bilans - toujours provisoires - en particulier rue de Charonne (19 morts) et rue Alibert (au moins 12 morts). Les "assassins" ont "balayé avec des mitraillettes plusieurs terrasses de café", a déclaré le préfet de police, Michel Cadot.

 

Les autorités ont immédiatement recommandé aux Parisiens d'éviter de sortir sauf nécessité absolue, et les hôpitaux ont déclenché leur plan d'urgence.

 

Au moins trois explosions ont retenti aux alentours du Stade de France vendredi vers 21h20 pendant que 80.000 personnes, dont François Hollande, assistaient au match amical de football France-Allemagne. Le public a été d'abord confiné puis évacué à la fin du match. 

 

Au Bataclan, où avait lieu un concert du groupe Metal, "ils ont tiré en plein dans la foule en criant "Allah Akbar".", a rapporté un témoin sur France Info. "Je les ai clairement entendus dire aux otages "c'est la faute de Hollande, c'est la faute de votre président, il n'a pas à intervenir en Syrie".", a rapporté à l'AFP, Pierre Janaszak, animateur radio et TV.

 

Un autre survivant a dit d'un des assaillants qu'il ressemblait "à M. Tout-le-monde avec une kalachnikov".