Vidéo. Covid-19: l'Inde submergée par la pandémie, feu vert au vaccin J&J aux États-Unis | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Inde - Coronavirus - Oxygène - Hôpitaux

Des travailleurs remplissent des bouteilles d'oxygène médical pour fournir aux hôpitaux le traitement du Covid-19 dans un établissement à la périphérie de Jammu, le 23 avril 2021. 

© Copyright : Rakesh BAKSHI / AFP

Vidéo. Covid-19: l'Inde submergée par la pandémie, feu vert au vaccin J&J aux États-Unis

Par Le360 (AFP) le 24/04/2021 à 08h11

L'Inde s'enfonce de plus en plus dans la crise sanitaire, ses hôpitaux lançant des SOS pour obtenir de l'oxygène, alors que les Etats-Unis vont pouvoir intensifier leur campagne vaccinale après le feu vert donné par les autorités à la reprise de la vaccination avec le vaccin de Johnson & Johnson.

aA

A New Delhi, confinée jusqu'à lundi prochain, des hôpitaux manquant cruellement d'oxygène et de médicaments lancent des appels à l'aide quotidiens au gouvernement pour qu'il fournisse d'urgence des réserves afin d'alimenter des centaines de patients placés sous respirateur.

 

"Vingt-cinq patients sont morts au cours des dernières 24 heures. Plus que deux heures d'oxygène (...). Une crise majeure est probable. La vie de 60 autres patients est en danger, une intervention urgente est nécessaire", a averti le directeur médical de l'hôpital Sir Gangaram de New Delhi.

 

"SOS - Moins d'une heure d'approvisionnement en oxygène au Max Smart Hospital et au Max Hospital Saket", a tweeté Max Healthcare, l'une des plus grandes chaînes d'hôpitaux privés, tôt vendredi.

 


Après la mort de 22 malades dans un hôpital, en raison d'une coupure d'alimentation en oxygène, treize autres sont décédés vendredi dans l'incendie d'un hôpital de la banlieue de Bombay, la capitale économique de l'Inde.

 

 

Le pays de 1,3 milliard d'habitants, au système de santé vétuste, a enregistré en 24 heures un nouveau record de contaminations, avec 330.000 cas et 2.000 décès.

 

 


Près de 3,5 millions de contaminations ont été recensées en Inde depuis début avril, notamment imputées à une "double mutation" du virus et à des événements de masse, comme la fête religieuse hindoue Khumb Mela qui a rassemblé des millions de pèlerins.

 

Inquiétude au Japon

Plusieurs pays ont fermé leurs portes à l'Inde: les Etats-Unis y déconseillent les voyages, même pour les personnes vaccinées, et le Canada a suspendu pendant 30 jours vendredi les vols en provenance d'Inde et du Pakistan.

 

La détection du variant "indien" en Belgique inquiète aussi en Europe, où 21 étudiants indiens, arrivés mi-avril en Belgique via l'aéroport parisien de Roissy, ont été testés positifs à ce variant et placés en quarantaine.

Vidéos. Covid-19: l'Inde bat un nouveau record, l'Europe déconfine prudemment

 

Si la flambée enregistrée cette semaine en Asie est liée principalement à la situation en Inde, le Népal a aussi connu une progression fulgurante de l'épidémie (+242%), avec 1.400 nouveaux cas quotidiens.

 

A trois mois des Jeux olympiques, le Japon suscite aussi des inquiétudes: l'état d'urgence va être appliqué à Tokyo et dans trois autres départements (Kyoto, Osaka et Hyogo), à partir de dimanche et au moins jusqu'au 11 mai, a annoncé vendredi le Premier ministre Yoshihide Suga.

 

La lenteur de la vaccination alimente aussi les doutes sur la capacité du Japon à organiser les JO dans moins de cent jours, 1,5 million de personnes ayant reçu une première dose à la date de mercredi et seulement 827.000 étant totalement vaccinées, soit moins de 0,7% de la population.

Japon: à trois mois des JO, la lenteur de la vaccination entretient le doute

 

La pandémie a fait au moins 3.073.969 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP vendredi.

 

Mais les campagnes de vaccination commencent à porter leurs fruits, comme aux Etats-Unis où la barre des 200 millions de doses administrées a été atteinte mercredi. Et la reprise, autorisée vendredi par les autorités sanitaires, de la vaccination avec le sérum Johnson et Johnson - à dose unique et conservable au réfrigérateur - doit permettre d'atteindre plus facilement les groupes vulnérables, ont souligné les experts des Centres américains de lutte et de prévention des maladies (CDC).

 

"Les données disponibles suggèrent que le risque" de thrombose "est très bas" avec ce vaccin, selon les autorités, qui vont toutefois rester "vigilantes et continueront d'enquêter sur ce risque".

 

Durcissement en Allemagne

Avancée aussi sur le front de la vaccination en Europe, où la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé vendredi qu'elle espérait pouvoir atteindre dès juillet l'objectif fixé pour septembre de vacciner 70 % des adultes de l'UE.

 

 

De son côté, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a déclaré après une nouvelle étude que les bénéfices du vaccin AstraZeneca augmentaient avec l'âge et continuaient de l'emporter sur les risques, tels que des cas de caillots sanguins.

 

"Les bénéfices de Vaxzevria (le nom du vaccin AstraZeneca) l'emportent sur les risques chez les adultes de tous les groupes d'âge", a ajouté l'EMA.

Vidéos. Vaccins: l'UE prête à bloquer les exportations d'AstraZeneca pour avoir sa "juste part"

 

L'utilisation de ce vaccin, qui utilise la même technologie que celui de J&J, a été restreinte dans la plupart des pays de l'Union européenne à cause de très rares cas graves de thromboses qu'il peut provoquer. Le Danemark ne l'utilise plus. Et au Chili, qui a réceptionné vendredi sa première cargaison du vaccin anglo-suédois, il ne sera administré qu'aux hommes, à partir de la semaine prochaine.

 

Alors que de nombreux pays européens, comme l'Italie, la Suisse, la Belgique ou la France, ont programmé l'assouplissement des restrictions, l'Allemagne s'inscrit à contre-courant en musclant samedi son arsenal anti-Covid, avec notamment des couvre-feux nationaux.

 

Adopté cette semaine au Bundestag sous les protestations dans la rue de milliers d'opposants, le dispositif impose un durcissement des règles sanitaires dès que le taux d'incidence, qui mesure les infections sur une semaine, est supérieur à 100 pendant trois jours.

 

En Russie, Vladimir Poutine a annoncé vendredi que dix jours seraient fériés en mai afin de lutter contre la pandémie.