Gad Elmaleh dévoile un douloureux secret de famille découvert au Maroc | le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Gad Elmaleh

L'humoriste Gad Elmaleh.

© Copyright : DR

Gad Elmaleh dévoile un douloureux secret de famille découvert au Maroc

Par Leïla Driss le 04/12/2020 à 13h59 (mise à jour le 04/12/2020 à 14h53)

Quand il s’agit d’évoquer son enfance casablancaise, Gad Elmaleh se montre intarissable. Mais si on pensait tout en savoir ou presque, l’humoriste vient de révéler un secret de famille bien gardé, qui a chamboulé sa vie.

aA

Dans une interview intimiste accordée au magazine féminin français Marie Claire, Gad Elmaleh a levé le voile sur un pan de l’histoire de sa famille. C’est ainsi très récemment, selon l’humoriste marocain, que celui-ci a découvert par l’intermédiaire de sa sœur, Judith, un secret gardé par sa famille pendant de longues années.

 

Ce secret concerne son grand-père, Judah Elmaleh, dans la quincaillerie duquel Gad Elmaleh, enfant, aimait passait du temps après l’école, quand il n’était pas chez sa grand-mère, une femme qui lui était particulièrement chère et dont la simple évocation lui tire encore des larmes.

Gad Elmaleh fond en larmes en retrouvant sa nounou marocaine

 

Récemment, Gad Elmaleh a ainsi découvert que son grand-père avait en réalité deux femmes.

 

"Une qu'on m'a présentée toute mon enfance comme étant mon arrière-grand-mère. Et ma grand-mère. Mariée de force, adolescente, parce que la première ne pouvait enfanter", a ainsi expliqué l’artiste.

 

"J'ai appris récemment par ma soeur [Judith Elmaleh, Ndlr] que notre père a été le premier de ses sept enfants qu'elle a réussi à garder sans qu'il soit envoyé chez l'autre", confie Gad Elmaleh. 

Gad El Maleh: les 100 ans de sa grand-mère se fêtent sur scène

 

Et de poursuivre en évoquant celle qui lui est si chère, "ma grand-mère s'appelait Simha. "Simha", c'est la joie en hébreu".

 

Et c’est assurément pour lui donner de la joie que Gad Elmaleh enfant se faisait un devoir de faire rire sa grand-mère.

 

"Je me souviens, quand j'étais gamin, je quittais l'école, sans le dire à mes parents, mais ma grand-mère était au courant. J'allais la voir l'après-midi, on était seuls dans cet appartement (...). Dans son immeuble, il y avait 7 étages, avec 2 appartements par étage. C'était donc 14 femmes marocaines qui vivaient, criaient, pleuraient, riaient, chantaient, faisaient la cuisine... Pour faire rire ma grand-mère, parce qu'elle était seule dans cet appartement, j'imitais toutes ces voisines qui se parlaient entre elles. Mais elle me donnait des infos sur leurs vies, sur ce qu'elles faisaient, sur ce qu'elles disaient, que je transformais. C'était un spectacle sur mesure pour ma grand-mère, qui mettait en scène 14 femmes marocaines de la place Verdun", avait confié en 2018 l’artiste, dans l’émission Grand Angle sur 2M.