Meghan Markle révèle dans le New York Times avoir fait une fausse couche en juillet dernier | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Le prince Harry et Meghan Markle

Le prince Harry et son épouse, Meghan Markle.

© Copyright : DR

Meghan Markle révèle dans le New York Times avoir fait une fausse couche en juillet dernier

Par Le360 (AFP) le 25/11/2020 à 12h44

Meghan Markle, l'épouse du prince Harry, a révélé avoir fait une fausse couche en juillet, dans une tribune publiée ce mercredi par le New York Times.

aA

"J'ai su, au moment où je serrais fort mon premier enfant dans mes bras, que j'étais en train de perdre le second", confie la duchesse de Sussex.

 

Faire une fausse couche provoque "une immense peine", a-t-elle écrit. C'est quelque chose qui reste "tabou, couvert d'un sentiment de honte injustifié, perpétuant un cycle de deuil solitaire".

 

Cette tribune extrêmement personnelle intervient alors qu'elle mène avec son époux le prince Harry une bataille judiciaire contre des médias qu'ils accusent de porter atteinte à leur vie privée.

Vidéos. États-Unis: Donald Trump s'en prend à Meghan Markle, et souhaite "bon courage" au prince Harry

 

Le prince Harry, sixième dans l'ordre de succession à la couronne britannique, a dénoncé à de multiples reprises la pression des médias sur son couple et en a fait la raison principale de sa mise en retrait de la famille royale, annoncée en janvier et effective début avril.

 

L'ex-actrice américaine de 39 ans reproche notamment à Associated Newspapers - qui édite le Mail Online, le Daily Mail et sa version dominicale Mail on Sunday - d'avoir porté atteinte à sa vie privée en publiant des extraits d'une lettre adressée à son père Thomas Markle en août 2018.

 

Installé depuis en Californie, le couple est entré en guerre ouverte contre les médias et a porté plainte en juillet contre une agence américaine qu'ils accusent d'avoir photographié leur fils Archie dans leur jardin. Le prince de 36 ans a aussi engagé des poursuites judiciaires séparées contre un autre tabloïd britannique, le Daily Mirror, pour des piratages téléphoniques présumés.