Michael Jackson, 5 ans déjà: Retour sur sa venue à Casablanca | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Michael Jackson

Michael Jackson lors de la visite de la mosquée Hassan II

© Copyright : Brahim Taougar - Le360

Michael Jackson, 5 ans déjà: Retour sur sa venue à Casablanca

Par Bouthaina Azami (Twitter) le 25/06/2014 à 16h49

5 ans que Michael Jackson s'en est allé. Le concert qu’il devait donner en juillet 1996, à Casablanca, n’aura jamais eu lieu, lors même que les places du spectacle prévu au stade du Complexe Mohammed V s’étaient vendues comme des petits pains. Il aura néanmoins passé 3 jours à Casablanca.

aA

 

Il y a 5 ans exactement, le 25 juin 2009, Michael Jackson disparaissait brusquement, alors même qu’il se préparait pour une nouvelle tournée qui n’aura jamais lieu. Le concert qu’il devait donner en juillet 1996, à Casablanca, n’aura jamais eu lieu non plus, lors même que les places du spectacle prévu au stade du Complexe Mohammed V s’étaient vendues comme des petits pains. Les raisons de l’annulation de ce concert tant attendu des fans et dont l’annonce avait enfiévré le Maroc  resteront un mystère. Michael Jackson aura néanmoins passé 3 jours à Casablanca. Le jour de son arrivée, il était attendu par une foule de fans impatients de voir apparaître le King of pop, venu accompagné de trois gardes du corps et de son… sosie!  Et c’est vers lui que les fans se sont précipités pour acclamer celui qu’ils ont pris pour leur idole et lui faire signer des autographes. On n’y aura vu que du feu !

 

Le personnel de l’hôtel Sheraton, où il s’était installé, se souviendra longtemps de ce grand enfant joyeux et taquin dont les rires résonnaient jusque dans le hall. Ce grand enfant dont le monde avait découvert le talent fou alors qu’il était à peine plus haut que 3 pommes. Incroyable danseur, incroyable chanteur, incroyable show man: Michael Jackson enflamme déjà la scène à l’âge de 6 ans, avec les Jackson Five. Et cet artiste unique deviendra très vite un véritable mythe. Passionné, il est aussi d’une incroyable générosité sur scène. Chorégraphies époustouflantes sur des tubes planétaires, musiciens hors pair, effets spéciaux dignes des plus grands films fantastiques. L’artiste n’a pas volé son titre. Et, 5 ans après sa mort, il reste l’incontestable et incontesté King of pop.

 

A Casablanca, il voudra goûter ce que le Maroc a de plus authentique, ces médinas, son artisanat. Et c’est enveloppé d’un sari et muni de lunettes noires que la star se rendra dans les Habous. Incognito? Ni le sari ni les lunettes n’auront suffi à faire passer inaperçu cet immense chanteur devenu aussi, par la force des circonstances, le King du déguisement. Flânerie parmi les échoppes, saut au Mc Donald, tour des librairies pour trouver un livre sur le Maroc qu’il avait avoué «adorer» et, aussi, visite de la mosquée Hassan II, bien avant sa conversion à l’islam.   

 

Le King of pop n’est plus, depuis 5 ans. L’auteur de Thriller, l’indétrônable album de tous les records, continue cependant d’engraisser l’industrie du show business. Incroyable mais vrai: l’artiste, mort endetté, a non seulement, depuis son décès, épongé ses dettes, mais rapporté plus d’argent que jamais à ses héritiers. Album posthume, clip où il apparaît par le miracle d’un hologramme, tournées prévues par des vedettes américaines de la pop pour promouvoir les titres commercialisés après sa disparition.