Le360 Actualités Maroc

ع
Cover_Vidéo: عبد الرحيم الصويري ومشاركته في برنامج The Voice Senior
© Copyright : Le360

Vidéo. Abderrahim Souiri: ma vie, mes amis, «The Voice», Samira Said et moi

Par Nadia Sabiri et Said Bouchrit le 06/12/2020 à 21h04 (mise à jour le 06/12/2020 à 21h44)

Sa participation à «The Voice Senior», émission télévisée diffusée sur MBC 1, a suscité une vive polémique. Invité de Le360, l’artiste marocain de 63 ans, se confie sur ce choix. D’autres confidences à découvrir dans cette interview.

aA

Né en 1957 à Essaouira, Abderrahim Souiri, de son vrai nom Abderrahim Aït Chelleh, est depuis de longues années l’un des artistes marocains les plus en vue. Très médiatisé et souvent invité sur les plateaux télé, il se démarque par ses prestations fulgurantes du chant andalous mais aussi d’autres formes musicales.

 

Très sollicité, il déclare cependant qu’il est méticuleux pour le choix de ses amis. «Il est difficile de trouver des amis qui soient sincères. J’en ai beaucoup aujourd’hui, mais je me garde d’accorder confiance à n’importe qui», avoue l’artiste en toute simplicité.

 

Pour autant, il y a bien longtemps qu’il n’a pas été vu dans un festival. «Ce n’est pas une question d’argent, argue-t-il. C’est juste un choix pour prendre un peu de recule.»  

 

Buzz Mag. EP12. Le beau challenge de youtubeurs marocains et algériens, Souad Hassan s’illustre à «The Voice»

 

Interrogé sur le choix de Najwa Karam et non de Hani Shaker ou Samira Said, lors de «The Voice Senior», il répond, enthousiaste, que la chanteuse libanaise a un côté spectacle qui l’éblouit.

 

Mais que dit l’artiste au sujet des reproches qui lui ont été faites au sujet de sa participation à cette émission, sachant qu’il a déjà un nom et qu’il n'est plus besoin de se faire valoir?

 

A cela, le chanteur de 63 ans répond qu’il reste toujours un élève qui apprend et qu’il ne se considère jamais, malgré son long parcours comme un professeur, comme certains le présentent. Et d’affirmer qu’il n’a pas cherché à participer à l’émission.

 

«J’ai été sollicité pour y prendre part. Et je vous affirme que je n’ai pas touché le moindre sou. Ceci dit, on a beaucoup pris soin de nous. Nous vivions comme des princes.»