Vidéo. Rencontre avec Nordine Dahmani, alias "Mani", Marocain et producteur des plus grandes stars internationales | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Cover_Vidéo: Mani, Marocain et producteur de stars aux US
© Copyright : Le360

Vidéo. Rencontre avec Nordine Dahmani, alias "Mani", Marocain et producteur des plus grandes stars internationales

Par Mehdi Heurteloup et Abderrahim Et-Tahiri le 06/03/2021 à 16h24

Snoopdog, Usher, Mariah Carey ou encore Drake… Mani, de son vrai nom Nordine Dahmani, produit et manage les plus grandes stars internationales. D’abord danseur puis chorégraphe, il a su s’imposer et devenir un des plus grands agents et producteurs. De Taounate à Miami, découvrez le parcours exceptionnel de ce Marocain au grand cœur. Rencontre.

aA

Aujourd’hui producteur et agent des plus grandes stars internationales, Nordine Dahmani, "Mani", a un parcours aussi atypique qu’exceptionnel. Originaire d’un petit village à côté de Taounate, il immigre avec ses parents en France. Passionné de danse et des Etats-Unis, à 17 ans, Mani décroche la médaille d’or du conservatoire supérieur de Paris et obtient une bourse du ministère de la Culture qui l’envoie à New-York.

 

"J’étais obnubilé et passionné par les Américains et grâce à la bourse que j’ai obtenue, j’ai pu rejoindre une école de danse qui s’appelle Steps" se souvient Nordine Dahmani.

 

C’est donc à New York qu'il découvre le milieu artistique et se fait connaître. Il débute sa carrière en tant que danseur avant de devenir chorégraphe, puis directeur artistique, manager et enfin producteur. Ces différentes expériences ont constitué le parcours atypique du Marocain et lui ont permis de rapidement s’imposer dans le milieu du show-business.

Portrait. De dealer de shit à producteur de vin en Californie, voici l’incroyable histoire de Malek Amrani 

 

"Je n’ai pas un parcours normal, mais je pense que c’est justement le fait qu’il soit atypique qui m’a apporté des 'skills', comme disent les Américains, des outils en plus, que d’autres agents n’ont pas", explique le producteur.

 

La clé de son succès, Nordine Dahmani l’explique par le travail, mais aussi par la capacité de s’adapter et de se remettre en question de manière perpétuelle. Ambitieux, il ne compte pas s'arrêter là.

 

"Je suis très satisfait d’où je suis aujourd’hui, mais je pense que j’ai encore une marge de progression et je sais que je vais aller plus loin parce que je suis optimiste. Il faut tous les jours être sur le qui-vive et s’adapter au changement et se remettre en question et suivre l’évolution. Quand j’ai commencé, nous étions au vinyle, ensuite il y a eu le CD, puis le stream et aujourd’hui nous sommes dans le digital" explique-t-il.

 

Même s’il passe la plupart de son temps en dehors du Maroc et côtoie les plus grandes stars, Mani reste fier de ses origines marocaines et de son pays où il aime venir passer du temps.

 

États-Unis: un biochimiste marocain découvre les vertus d’un champignon du Maroc dans la lutte contre le cancer du sein 

 

"Le Maroc est un pays que j’ai dans mon cœur. J’ai eu la chance de visiter 165 pays à travers le monde, que ce soit en tournée ou à titre personnel, mais c’est au Maroc que je me sens bien. Je passe énormément de temps dans les avions, donc j’ai des problèmes d’insomnies et le seul endroit où je fais des nuits complètes c’est à Marrakech" confie Nordine Dahmani.

 

Nourrissant un lien indéfectible avec le Maroc, Mani a pour projet de lancer un nouveau festival dans le sud du pays, mais il est aussi le parrain d’une fondation qui vient en aide aux enfants souffrants de malformation cardiaque.

 

"Avec mes équipes, nous sommes en train de conceptualiser un nouveau festival au Maroc, un truc très original, mais ça c’est mon métier. J’ai une deuxième chose qui me tient à cœur, c’est mon rôle de parrain au sein de l'association 'Les bonnes œuvres du cœur'. Au Maroc, il y a beaucoup d’enfants qui naissent avec des problèmes de malformation cardiaque et cette association vient en aide à ses enfants. Voilà où j’en suis au Maroc, c’est plus à titre caritatif que financier. J’ai envie de rendre au Maroc ce qu’il m’a donné", indique le producteur.