Le360 Actualités Maroc

ع
cover - African Lion 2022 - exercice aéroporté - parachutistes - FAR et armée américaine

Dans le cadre d'African Lion 2022, des troupes des Forces armées royales (FAR) et de l’armée américaine ont réalisé un vaste exercice aéroporté de parachutistes dans la région de Mhabes.

© Copyright : brahim Moussaaid /le360

African Lion 2022: premier exercice aéroporté de nuit dans le Sahara marocain

Par Mohamed Chakir Alaoui et Brahim Moussaaid le 23/06/2022 à 20h37 (mise à jour le 23/06/2022 à 20h50)

Dans le cadre des exercices militaires conjoints African Lion 2022, des troupes des Forces armées royales (FAR) et de l’armée américaine ont réalisé un vaste exercice aéroporté de parachutistes dans la région de Mahbès, dans les provinces sahariennes du Maroc.

aA

Cet exercice aéroporté est le premier du genre entre les deux armées. Le largage à Mahbès des 120 parachutistes s’est déroulé dans la nuit du mercredi 22 au jeudi 23 juin 2022, en plein Sahara marocain.

 

L’embarquement des parachutistes a eu lieu à partir des bases aériennes de Salé et Kénitra (Nord). L’acte de largage à l’aide de trois avions militaires américains de type C130 s’est déroulé, quant à lui, en pleine nuit avant d’être suivi de tirs d’artilleries «derrière l’ennemi». Il s’agissait d'un entraînement pour relever le défi sécuritaire dans une zone saharienne semblable à celle de la région du Sahel infectée par le terrorisme, rappellent les observateurs.

 

Lors de cet exercice militaire conjoint, les deux armées, marocaine et américaine, ont déployé des troupes expérimentées dotées d’un armement et d’un matériel sophistiqués.

African Lion 2022: au cœur du centre d'opérations multinational à Agadir

 

Il faut rappeler que les deux pays ont lancé à Agadir (sud) l'exercice militaire African Lion 2022, le plus large sur le continent africain. Ces manœuvres annuelles se déroulent jusqu'au 30 juin, essentiellement au Maroc, mais également en Tunisie, au Sénégal et au Ghana, selon le commandement américain pour l'Afrique (Africom).

 

Ces opérations mobilisent plus de 7.500 soldats originaires de dix nations, dont le Brésil, le Tchad, la France et le Royaume-Uni. Y participent des observateurs militaires en provenance de l'OTAN et d'une quinzaine de «pays partenaires» dont, pour la première fois, Israël.