Casablanca: alors que la pandémie de coronavirus atteint son pic, le PJD jette 10 MDH dans des toilettes publiques | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
maire de casa

Abdelaziz El Omari, maire de Casablanca. 

© Copyright : DR

Casablanca: alors que la pandémie de coronavirus atteint son pic, le PJD jette 10 MDH dans des toilettes publiques

Par Mohamed Deychillaoui le 14/09/2020 à 00h35 (mise à jour le 14/09/2020 à 19h40)

Kiosque360. Alors que Casablanca connaît la plus forte flambée de contaminations au Covid-19 dans le pays, le Conseil de la ville semble pris d’une diarrhée financière en investissant massivement dans des… toilettes publiques.

aA

C’est un scandale financier sans précédent que vient de commettre le maire PJDiste de Casablanca, Abdelaziz El Omari. Selon le site anfaspress.com, le Conseil de la ville de Casablanca vient de consacrer une enveloppe de 4 millions de dirhams à la réfection de quelque 15 toilettes publiques.

 

Sur un ton triomphaliste, le président de Commission des infrastructures publiques et biens communaux au sein du Conseil de la ville a déclaré que ces toilettes seront à nouveau opérationnelles en octobre prochain.

 

Ce qui est choquant, c'est qu'en faisant un petit calcul, on remarque que la réfection de chacune des 15 toilettes publiques a coûté au contribuable la coquette somme de 266.666 DH l’unité. Le site anfaspress explique, à titre de comparaison, que la réparation d’une seule toilette publique est plus chère que le prix d’un appartement économique de 60 m2, en plein Casablanca. C’est à croire que ces toilettes sont ornées avec du marbre italien, de l’or massif australien, de la céramique française et de la robinetterie inoxydable allemande.

 

De même, si l’on revient à l’appel d’offres lancé pour la mise en place de ces toilettes, l’on se rappelle qu’il a englouti une enveloppe de 6 millions de dirhams. En d’autres termes, et en un laps de temps, soit les deux ou trois années qui séparent la mise en place d’une toilette publique et sa réfection, la facture à payer grimpe à 660.000 DH l’unité.

 

En temps de pandémie de coronavirus, n’aurait-il pas été plus judicieux de consacrer toute cette manne financière à la mise en place d’hôpitaux de campagne, de 20 lits chacun, dans les divers arrondissements de Casablanca? Des centaines de vies humaines auraient été ainsi sauvées et des milliers de contaminations au Covid-19 évités.

 

Sans être contre la réfection des tous les lieux publics (routes, édifices, jardins…), anfaspress ne se fait aucun doute quant à un très probable détournement des deniers publics sous prétexte de réfection de 15 toilettes publiques. Vivement une reddition des comptes dans cette affaire qui exhale la corruption, selon le site.